Le gouvernement français a annoncé, mardi, une série de mesures visant à accélérer la transformation du système de soins dans le cadre du “Ségur de la Santé”, la grande concertation sociale sur la réforme de l’hôpital public lancée par l’exécutif avec les partenaires sociaux.

Après l’accord sur les salaires conclu la semaine dernière entre le gouvernement et les syndicats du secteur, ce nouveau plan comprend 33 mesures ayant pour objectifs l’amélioration du fonctionnement et l’organisation du système de soins, a souligné le ministre de la Santé Olivier Véran.

Le plan prévoit entre autres une enveloppe de 50 millions d’euros pour créer 4.000 lits “à la demande” dans les hôpitaux dès cet hiver, une réduction de la part de la tarification à l’activité et l’accélération de la télémédecine, a relevé le ministre, au terme de cette concertation d’un mois et demi lancée à la suite de la crise sanitaire due au Coronavirus.

Selon le gouvernement, ce deuxième volet du Ségur de la santé, portant sur les volets non salariaux, vise à “poursuivre la transformation du système de santé, dans l’intérêt des soignants”.

Dans ce contexte, M. Véran a fait état de la mobilisation de 2,1 milliards d’euros sur cinq ans en vue de la transformation, la rénovation et l’équipement des établissements médico-sociaux, dont les Ehpad.

Par ailleurs, 2,5 milliards d’euros seront consacrés sur cinq ans pour des projets hospitaliers prioritaires et des investissements ville-hôpital, outre 1,4 milliard d’euros pour combler sur trois ans le “retard sur le numérique en santé”, a-t-il expliqué.

Le ministre a en outre promis la poursuite de la concertation au niveau des territoires, à travers notamment un comité de suivi avec la participation de l’ensemble des acteurs.

Lors de son discours de politique générale, le Premier ministre Jean Castex a promis d’investir six milliards d’euros dans le système de santé, qui s’ajoutera aux 8,1 milliards prévus pour les salaires.

Bouton retour en haut de la page
Fermer