Gérard Larcher a été réélu, jeudi, haut la main pour un 4e mandat à la présidence du Sénat, où la majorité de droite et du centre est sortie confortée des élections sénatoriales de dimanche.

Richard Larcher, 71 ans, désigné mercredi candidat du groupe Les Républicains, a été réélu dès le premier tour en recueillant 231 voix.

«Le Senat est un élément structurant de la vitalité démocratique de notre pays et je souhaite poursuivre et amplifier le travail réalisé depuis plusieurs années », a déclaré Gérard Larcher, dans un tweet juste après sa réélection.

«Vitalité de la démocratie, force des territoires, le Senat au service de la République: tel est le projet que j’ai proposé à mes collègues pour les trois prochaines années », a-t-il indiqué, appelant à « renforcer la mission de contrôle » du sénat.

« Il nous faut poursuivre l’amélioration de « la fabrique de la loi ». Trop de lois votées et jamais appliquées. Il nous faudra réfléchir à une procédure qui permette au Parlement de saisir le juge administratif lorsqu’un décret d’application des lois manque à l’appel », a encore dit le président du Sénat.

L’alliance de la droite a renforcé sa majorité au Sénat, après le scrutin de dimanche dernier qui a renouvelé la moitié des membres de la chambre haute.

Sans surprise, l’élection pour le renouvellement de 172 sénateurs, a conforté la majorité de la droite et du centre, qui domine le Sénat depuis 2014.

Le groupe Les Républicains (LR) a ainsi conservé sa majorité au Sénat avec 76 sièges renouvelés, et une dizaine de sièges supplémentaires.

Le scrutin a été en outre marqué par une montée en force des écologistes qui ont annoncé la création d’un groupe des Verts au Sénat. Six nouveaux sénateurs Europe Ecologie-Les Verts (EELV) ont rejoint ainsi les cinq sénateurs écologistes déjà élus en 2017.

La République en Marche, parti du président Emmanuel Macron, est passé de 23 à 19 sièges. Le Parti socialiste (PS), deuxième force politique de la chambre, a perdu de son côté 6 sièges, tandis que le parti d’extrême-droite Rassemblement National est parvenu à sauver son unique siège.

Elu tous les trois ans après chaque renouvellement partiel de la chambre haute, le Président du Sénat occupe la troisième position dans l’ordre protocolaire, derrière le Président de la république et le Premier Ministre et devant le président de l’Assemblée nationale.

Conformément au système du bicamérisme, la chambre haute détient le pouvoir législatif avec l’Assemblée nationale. Elle est aussi le représentant des collectivités territoriales. Les sénateurs ont les mêmes pouvoirs législatifs qu’un député, ils votent la loi et contrôlent le gouvernement. Ils représentent les collectivités territoriales de métropole et d’outre-mer et examinent, avant l’Assemblée Nationale, les projets de loi ayant pour principal objet l’organisation des collectivités territoriales.

En matière de contrôle, les sénateurs disposent des mêmes pouvoirs que les députés, mais ne peuvent mettre en cause la responsabilité du gouvernement par le vote d’une motion de censure. En cas de désaccord entre les deux assemblées, le dernier mot revient à l’Assemblée nationale sauf pour certaines lois particulières qui nécessitent l’accord du Sénat comme les lois constitutionnelles et lois organiques qui le concernent directement.

Bouton retour en haut de la page
Fermer