L’examen du baccalauréat représente une étape importante et fondamentale lors de laquelle tout le monde est mobilisé pour mener à bien ce rendez-vous national, a souligné mardi à Rabat, le ministre de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, porte-parole du gouvernement, Saaid Amzazi.

M. Amzazi a indiqué lors d’une réunion de la commission de l’enseignement, de la culture et de la communication à la Chambre des représentants que toutes les mesures ont été engagées pour assurer aux candidats des conditions garantissant la sécurité et la prévention sanitaire, soulignant que le Royaume a insisté sur ce rendez-vous national malgré les circonstances actuelles marquées par la propagation de la pandémie de la Covid-19.

A cette occasion, le ministre a passé en revue certaines données relatives à cet examen, précisant qu’il existe 441.238 candidats et candidates aux examens du baccalauréat, dont 64% issus l’enseignement public et 8% de l’enseignement privé. 72% des candidats sont scolarisés, contre 28% des candidats libres (122.000 candidats), alors que les filles représentent 49%.

“Cette année a connu une légère évolution d’environ 0,4% par rapport au nombre de l’année précédente”, a-t-il dit, faisant remarquer que cette évolution se traduit par une augmentation de 12,5% pour les candidats libres et de 7% pour l’enseignement privé, contre une baisse de 5% pour l’enseignement public.

Il s’est, également, attardé sur un certain nombre de nouveautés des examens cette année, notamment la publication d’une copie mise à jour du guide du candidat, la mise à la disposition des candidats des documents d’encadrement pour les sujets des années passées, ainsi qu’une copie de la loi relative à la répression de la fraude aux examens scolaires et la publication de cadres de référence.

M. Amzazi s’est, par ailleurs, arrêté sur la question de la médiation entre les familles et les établissements d’enseignement privés pour résoudre le différend sur le paiement durant les mois du confinement sanitaire.

“Nous avons pris une initiative importante et fondamentale qui est la médiation et nous nous sommes réunis avec la fédération de l’enseignement privé pour discuter de leurs problèmes”, a-t-il dit, ajoutant que les associations des parents et tuteurs d’élèves ont été à leur tour invitées à résoudre ce problème.

“Nous avons veillé à ce que les établissements d’enseignement fournissent un service dans le cadre de la continuité pédagogique, et nous avons demandé aux directions provinciales de contacter les établissements pour suivre le dispositif de l’enseignement à distance”, a-t-il souligné, notant que 96% des établissements d’enseignement privé ont appliqué l’enseignement à distance par tous les moyens.

Il a, dans ce sens, relevé que les établissements d’enseignement privés doivent tenir compte des conditions des familles. “Notre position est qu’il y aura une communication entre les établissements privés et les familles afin de parvenir à un accord”, a-t-il poursuivi, notant que “de nombreux établissements ont répondu favorablement pour résoudre ce conflit.

En réponse aux interventions des membres de la commission, le ministre a d’autre part, indiqué que cette année, un concours unifié sera organisé pour les filières de la médecine, la médecine dentaire et la pharmacie, notant que les étudiants titulaires d’un baccalauréat vont passer le concours dans le lieu de leur domicile.

Quelque 45 centres d’examens ont été mis en place pour le concours de la médecine, la pharmacie et la médecine dentaire, a-t-il fait observer, indiquant qu’ils seront ensuite distribués de manière régionale comme précédemment.

Bouton retour en haut de la page
Fermer