Si le Maroc a fait le pari de la promotion de la formation professionnelle, c’est bien là une illustration de l’action menée tous azimuts pour offrir aux jeunes plus de chances d’accès direct et rapide à l’emploi et d’opportunités d’insertion dans la vie professionnelle.

Partout dans le Royaume, les instituts de formation dans les métiers de la construction automobile à l’aéronautique passant par l’offshoring ont vu leur nombre de lauréats augmenter et leur implantation se développer.

Cet essor est d’autant plus stratégique pour Laâyoune-Sakia El Hamra, une région qui pourrait se vanter dans un proche avenir d’être l’un des centres d’affaires les plus attrayants du Royaume grâce aux projets gigantesques inscrits dans le nouveau modèle de développement des provinces du Sud.

A vrai dire, l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) multiplie ces dernières années ses offres aux jeunes de la région pour des formations de qualité ouvertes sur le monde de l’entreprise d’aujourd’hui et de demain.

Son cheval de bataille n’est autre que la future Cité des métiers et compétences (CMC) de Laâyoune-Sakia El Hamra, qui s’inscrit dans le cadre de la feuille de route nationale visant à développer et diversifier la formation professionnelle en adéquation avec les exigences du marché du travail.

Ce chantier prometteur comprendra un ensemble de nouveaux pôles tels que la pêche maritime, le transport et la logistique, la numérisation et l’offshoring, en plus de la santé, de l’artisanat et la gestion.

Une mosaïque de 46 branches qui ciblera plus de 2.000 bénéficiaires, tandis que le démarrage de la CMC, qui sera bâtie sur une superficie de 10.000 m2, aura lieu en septembre 2021.

De plus, l’OFPPT a poursuivi l’élargissement de son réseau régional d’instituts spécialisés visant à former les jeunes aux compétences multiples dans divers secteurs afin de les intégrer sur le marché du travail ou de leur permettre de créer leur propre business, a expliqué à la MAP le directeur régional de l’OFPPT dans les provinces du Sud, Sami Solh Tayeb.

A Laâyoune, l’institut spécialisé de technologie appliquée, opérationnelle depuis la rentrée 2019-2020, offre plus de 1.100 places pédagogiques grâce à un investissement de 34 millions de dirhams. L’ISTA Al Wahda propose donc des formations de pointe dans les secteurs de l’industrie mécanique, de l’automobile, du génie civil, de la topographie, de l’éducation, de la petite enfance, du travail social et de l’infographie.

L’OFPPT a également accordé une attention particulière à la réhabilitation des établissements de formation existants pour une enveloppe d’environ 1,6 MDH, en plus de leur fournir des équipements techniques et numériques modernes. Sans oublier l’augmentation notable du nombre de bénéficiaires du système de cours du soir, qui vise à améliorer l’employabilité et la qualification de la classe ouvrière.

A Tarfaya, le projet de l’institut spécialisé dans les énergies renouvelables d’un coût global de plus de 44 MDH se trouve dans ses dernières phases.

Force est de constater que l’opérationnalisation de cet institut, qui a une capacité de 850 places pédagogiques, donnera une forte impulsion à l’écosystème de la province de Tarfaya, qui possède d’ores et déjà le plus grand champ éolien d’Afrique avec une capacité de production de plus de 300 mégawatts.

D’après M. Tayeb, l’offre de la formation professionnelle à Smara a été nettement renforcée en réponse à la demande croissante des jeunes de la province.

L’ISTA de Smara compte aujourd’hui 800 stagiaires dans 12 branches des niveaux techniciens, techniciens spécialisés et qualifiés.
La ville dispose également d’un centre de formation professionnelle au sein de l’établissement pénitentiaire local, le premier du genre au niveau régional. Avec une capacité de 200 places pédagogiques, ce centre comprend des ateliers dans le domaine de l’électricité, de la menuiserie d’aluminium, de la plomberie sanitaire et de l’informatique.

A Boujdour, l’accent est mis sur la réhabilitation de l’institut spécialisé de technologie, où un ensemble de réformes structurelles a été programmé concernant les installations de cet établissement et les conditions d’accueil et d’amélioration des espaces de formation afin d’atteindre la qualité requise en plus de créer de nouvelles divisions telles que la maintenance industrielle, l’enseignement primaire et la petite enfance. Le nombre de stagiaires dans la province a augmenté à plus de 780 jeunes dans diverses spécialités.

Sur le front de la formation continue, une convention de partenariat a été conclue entre la direction régionale de l’OFPPT et le conseil de la région Laâyoune-Sakia El Hamra couvrant la période 2018/2021.

Aux termes de cet accord, des formations continues sont organisées pour 900 artisans des quatre provinces de la région, dans différents domaines de services (menuiserie aluminium, électricité, réfrigération, mécanique).

Au delà de la formation, l’Office a apporté son soutien à 12 projets de diplômés de la formation professionnelle à Boujdour et de 10 projets à Laâyoune dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement humain.

Bouton retour en haut de la page
Fermer