Le gouvernement minoritaire roumain présenté par le libéral Ludovic Orban a obtenu, lundi, la confiance du Parlement.
Le nouveau cabinet, qui a été entériné de justesse avec 7 voix de plus que le minimum de 233 votes requis, succède au gouvernement, renversé le 10 octobre, des sociaux-démocrates majoritaires au Parlement.
Au total, 240 députés et sénateurs ont voté pour le gouvernement sur un total de 465, alors que la gauche a boycotté la réunion du Parlement.
Ancien ministre des Transports, Ludovic Orban avait été désigné Premier ministre après la chute de la Première ministre et chef des sociaux-démocrates, Viorica Dancila, renversée par une motion de censure.
Ce vote représente une bonne nouvelle pour la future présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dont l’équipe était incomplète en l’absence d’un commissaire roumain.
M. Orban avait promis de désigner un candidat à ce poste aussitôt après l’investiture de son gouvernement, en accord avec le président Klaus Iohannis, issu comme lui du Parti libéral (PNL).
Avec 96 députés, le PNL est le premier parti d’opposition, loin derrière les 201 parlementaires de la majorité sociale-démocrate élue fin 2016.
Le nouveau cabinet dépendra donc du soutien des élus d’autres formations politiques, dont les intérêts divergent, pour faire passer tout projet sensible.
Décrit par le chef de l’Etat comme un gouvernement de transition, le gouvernement Orban va tenter de se maintenir aux commandes jusqu’aux prochaines élections législatives prévues fin 2020.

Bouton retour en haut de la page
Fermer