Les participants à la première édition du Salon national de l’artisanat du cuir ont souligné l’impératif de mettre en place un programme de formation continue des artisans dans le domaine de la tannerie traditionnelle, en vue d’améliorer la qualité du cuir.

Parmi les recommandations, publiées à l’issue de cette manifestation (12-21 juillet) initiée par la Chambre d’artisanat de la région Fès-Meknès, figure, entre autres, la nécessité d’encourager les étudiants à préparer des thèses de doctorat sur la filière du cuir, afin de contribuer à la préservation de ce patrimoine et renforcer son poids dans le tissu économique.

Des acteurs de cette filière ont proposé dans ce sens l’institution d’un prix de la meilleure recherche universitaire en la matière, afin de rassembler toutes les études et recherches et constituer une banque de données sur la filière du cuir.

Ils ont aussi préconisé le soutien de l’achat des matières premières et la lutte contre les substances chimiques dans le secteur, tout en soulignant l’impératif de maintenir les méthodes traditionnelles et les matières originales à forte charge culturelle, spécifiques au Maroc.

Un appel a aussi été lancé pour l’introduction de méthodes avancées dans la chaine de transformation et de traitement du cuir, la résolution du problème de l’odeur des produits et la préservation de la santé et de la sécurité des artisans.

Les professionnels du secteur ont insisté sur l’importance de la mise à niveau des abattoirs municipaux dans différentes villes, afin de fournir du cuir de meilleure qualité.

Un plaidoyer a été lancé pour appuyer les artisans à accéder aux marchés internationaux, à travers l’octroi de facilités douanières, tout en appelant à mettre un terme au phénomène de contrebande du cuir, en raison de son impact négatif sur la santé des citoyens.

Initié en collaboration avec le Conseil de la région Fès-Meknès, le Conseil de la commune et le Conseil préfectoral de Fès, sous le thème ‘’le secteur du cuir, des perspectives économiques prometteuses’’, le salon a connu la participation de 120 exposants professionnels de la filière, dont des artisans, des petites et moyennes entreprises, des coopératives professionnelles et des acteurs spécialisés dans les équipements de travail du cuir.

Étalé sur une superficie de 4.000m2, ce salon a été agencé en plusieurs espaces dédiés aux antiquités, aux produits des lauréats des centres de formation de l’artisanat et à la commercialisation, ainsi que des stands dédiés aux enfants et aux équipements techniques.

Cette édition a été marquée par l’organisation de plusieurs séminaires et tables rondes, animés par des chercheurs et spécialistes de la filière Cuir, ainsi que des sessions de formation en faveur des artisans pour améliorer leurs capacités et élargir leurs connaissances dans le domaine.

Bouton retour en haut de la page
Fermer