Des milliers de personnes ont été évacuées mercredi par les autorités sur la côte du Sud-Est de l’Inde avant l’arrivée d’un cyclone attendu après minuit avec des trombes d’eau.

Le cyclone Nivar, classé par les services météorologiques indiens comme une “très forte tempête tropicale”, devrait toucher terre avec des vents de 120 km/h et des rafales allant jusqu’à 145 km/h.

Des milliers de personnels des services de secours ont été déployés à l’avance dans les régions des Etats du Tamil Nadu et de l’Andhra Pradesh ainsi que du territoire de Pondichéry, où le cyclone devrait frapper aux premières heures de jeudi.

Quinze districts dans ces trois régions recevaient déjà mercredi de fortes précipitations qui devraient s’intensifier les heures suivantes.

Les autorités locales ont décrété la journée fériée, fermant toutes les activités à l’exception des services d’urgence.

A Pondichéry, les rues et les marchés détrempés étaient déserts. Le lieutenant-gouverneur du territoire, Kiran Bedi, a appelé les habitants à rester chez eux et respecter les instructions des autorités.

“Dirigez-vous vers des endroits élevés partout où c’est nécessaire. Il y a des centres de secours. s’il vous plaît, allez-y”, a dit Mme Bedi dans un message vidéo publié sur Twitter.

Dans certaines zones côtières, des habitants rechignaient toutefois à abandonner leurs maisons et leurs bateaux de pêche, a constaté un journaliste de l’AFP.

A Chennai, la capitale du Tamil Nadu, les autorités ont expliqué qu’elles examinaient de près le niveau des lacs et réservoirs pour éviter que se répètent les inondations meurtrières de fin 2015 qui ont tué plus de 250 personnes.

Autour du lac Chembarambakkam près de Chennai, les habitants vivant dans des zones plus basses ont été avertis des risques de débordement.

L’oeil du cyclone devait passer tôt mercredi à environ 175 km au Nord-Est de la pointe septentrionale du Sri Lanka où les pêcheurs ont reçu la consigne de ne pas sortir en mer. Aucun ordre d’évacuation n’a été émis dans l’île où de fortes pluies étaient attendues, surtout dans le Nord.

En mai, plus de 110 personnes avaient péri lors du passage dans l’Est de l’Inde et au Bangladesh du puissant cyclone Amphan, qui avait également causé des dommages matériels considérables. Le nombre de morts avait toutefois été bien inférieur aux milliers de morts provoqués auparavant par des cyclones comparable, grâce à l’amélioration des prévisions météorologiques et des plans d’intervention élaborés.

Bouton retour en haut de la page
Fermer