Des responsables au sein de la gauche en France mais aussi de syndicats et d’associations d’aide aux migrants ont dénoncé vivement mardi le démantèlement violent par la police lundi soir à Paris d’un campement de migrants, en majorité afghans et en errance, fustigeant une “dérive liberticide”.

Plusieurs centaines de migrants et leurs soutiens, qui avaient installé lundi soir des tentes, Place de la République à Paris, pour réclamer des places d’hébergement d’urgence, ont été dispersés lundi soir sans ménagement par les forces de l’ordre.

Après avoir évacué ce campement informel en arrachant les tentes à des migrants qui se trouvaient parfois encore à l’intérieur, les forces de l’ordre ont ensuite usé de gaz lacrymogènes et de grenades de désencerclement dans les rues du centre de Paris pour disperser les groupes de migrants et de militants associatifs.

“On est là pour montrer qu’on n’a nulle part où aller. On ne veut pas vivre comme des animaux, on est juste venus demander l’asile”, a notamment confié lundi soir Murtaza, un Afghan de 20 ans.

“C’est trop violent, on veut juste un toit”, a ajouté Shahbuddin, Afghan de 34 ans, en sanglotant après avoir été sorti de sa tente.

La violence du démantèlement de ce campement, où figuraient essentiellement des hommes afghans qui réclamaient un hébergement d’urgence après un précédent démantèlement en banlieue parisienne la semaine dernière, a suscité une vague d’indignation dans le milieu associatif et politique en France, jusque dans les rangs de la majorité.

Dans la nuit, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a évoqué, sur Twitter, des images “choquantes” et demandé “un rapport circonstancié” au préfet de police de Paris, Didier Lallement.

En fin de matinée mardi, les ministres françaises de la Citoyenneté Marlène Schiappa et du Logement Emmanuelle Wargon ont demandé une prise en charge “sans délai” pour les centaines de migrants de nouveau dans l’errance après ce démantèlement.

“Les deux ministres mobilisent les administrations de l’Etat afin que des solutions de prise en charge soient trouvées sans délai pour les personnes en situation de détresse”, ont-elles écrit, dans un communiqué commun.

Auparavant, gauche et écologistes ont dénoncé des “images insupportables” et une “dérive liberticide” après le démantèlement lundi soir du campement.

“J’ai trouvé cela scandaleux, hallucinant, les gens occupent pacifiquement une place avec des tentes, ils ne font de mal à personne, tout simplement parce qu’ils ont un problème de logement, il n’y a pas de solution de relogement et il y a une intervention qui est totalement disproportionnée”, a déclaré sur la chaîne France 2, le leader du syndicat CFDT Laurent Berger.

Pour Philippe Martinez, chef du syndicat CGT, “c’est une façon de faire scandaleuse” qui “pose la question de l’accueil des migrants” qui “sont déplacés, chassés”. “Quand on les traite comme ça, c’est digne d’un pays qui n’est pas la France”, a estimé M. Martinez sur la radio RMC.

Après l’évacuation la semaine dernière d’un camp insalubre géant de migrants près de Paris, plus de 3.000 personnes avaient bénéficié d’une mise à l’abri. Mais selon les associations, entre 500 et un millier d’exilés ont été “laissées sur le carreau” après cette évacuation.

Dans plusieurs vidéos postées depuis lundi soir sur les réseaux sociaux par des militants associatifs et des journalistes, on voit les forces de l’ordre escorter des groupes de migrants jusqu’aux portes nord de Paris, où des distributions alimentaires ont été organisées en pleine nuit.

Bouton retour en haut de la page
Fermer