Paris, 27/05/2019 (MAP)- Devancé légèrement par le Rassemblement national (RN-Extrême droite), lors des élections européennes de dimanche, le LREM (Parti présidentiel-majorité) affirme tirer les enseignements de ce scrutin, à valeur de test, tout en maintenant le cap.

Le ministère de l’Intérieur a communiqué les résultats complets des élections européennes, lundi matin, après avoir dépouillé l’ensemble des 22,6 millions de suffrages exprimés. Selon ces chiffres, le Rassemblement national arrive en tête du scrutin avec 23,31% des votes, devant la liste LREM-Modem qui obtient 22,41% des suffrages. Les deux formations auront respectivement 22 et 21 sièges au Parlement européen, avant la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Après le Brexit, ils auront chacun 23 sièges.

Finalement les différents sondages qui donnaient une écrasante victoire à l’extrême droite contre le parti présidentiel en difficulté ces derniers mois en raison d’une crise sociale inédite celle des « gilets jaunes », ce mouvement de contestation contre la politique sociale et fiscale de l’exécutif, ne se sont pas vérifiés. Le parti présidentiel ayant réussi malgré tout à tirer son épingle du jeu et à convaincre les Français.

Le fait que la liste LREM conduite par Nathalie Loiseau, est arrivée en deuxième position du scrutin derrière la liste RN de Jordan Bardella, avec 22,4% des voix, cela montre que “la majorité présidentielle tient bon”, affirme aux médias français l’entourage du Président français.

LREM fait “aujourd’hui un score tout à fait honorable compte tenu du fait qu’on a traversé une crise importante (des “Gilets jaunes”-NDLR), qu’on est à mi-mandat “, selon la même source.

De ce fait, la victoire du RN ne change en rien à la volonté d’Emmanuel Macron d’”intensifier l’acte 2 du quinquennat”. « Il n’y aura “pas de changement de cap” et “les orientations annoncées après le grand débat vont se poursuivre, l’objectif est que les Français puissent ressentir le changement”, souligne-t-on encore.

Sur le plan européen, Emmanuel Macron “reste à la manœuvre pour construire cette grande alliance de progressistes et de pro-européens” qu’il appelle de ses vœux et “pour que la France garde toute son influence dans les institutions européennes”, affirme-t-on de même source.

De son côté, le Premier ministre Edouard Philippe a affirmé la volonté de l’exécutif à poursuivre le projet du Président et de la majorité.

«Pour ma part, j’accueille ces résultats avec humilité : quand on termine deuxième à une élection, on ne peut pas dire qu’on a gagné (…) Dès demain je serai à pied d’oeuvre pour poursuivre le projet du Président et de la majorité», a-t-il déclaré.

Selon lui, “les anciens clivages” politiques ont disparu, et “de nouveaux sont apparus” pour expliquer les résultats du scrutin de dimanche.

“Beaucoup de nos compatriotes ont le sentiment que l’heure est aux solutions de repli, aux solutions d’extrêmes, ce message nous l’avons reçu cinq sur cinq”, a ajouté M. Philippe. Comme « nous avons entendu le message de nombreux Français sur l’urgence écologique», avec l’arrivée à la troisième place de la liste d’Europe Ecologie Les Verts (EELV).

«Partout en Europe, nos concitoyens, en particulier les plus jeunes, nous demandent d’agir avec détermination. C’est ce que nous ferons en France et en Europe», a encore affirmé Edouard Philippe.

En effet, la percée des écologistes a crée la surprise lors de ce scrutin.

En arrivant troisième, la liste EELV devient la première force de gauche, avec 13,47% des voix. « Une forte poussée de la formation écologiste, qui devance la droite traditionnelle », relèvent les médias du pays.

Autre surprise de ce scrutin, « la défaite historique » des Républicains, comme l’a qualifiée la presse française. Le parti de droite s’effondre, avec 8,48% des voix, contre 20,8% en 2014. Il s’agit du pire résultat de la droite (RPR puis UMP puis LR) aux élections européennes.

Cette défaite a sonné le branle-bas de combat chez LR qui ont convoqué un bureau politique pour lundi soir, rapporte franceinfo.

Autre surprise de ces élections, le piètre résultat des listes des « gilets jaunes », pourtant annoncées en grande fanfare.

La liste Alliance jaune, incarnée par le chanteur Francis Lalanne, n’a obtenu que 0,54% des suffrages, alors que la liste Evolution citoyenne a terminé cette élection avec 0,01% des voix.

Non seulement ces listes n’auront aucun eurodéputé, mais leurs frais de campagne ne seront pas remboursés car il faut obtenir 3% des suffrages pour obtenir un remboursement.

Bouton retour en haut de la page
Fermer