Le bureau politique du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) a affirmé sa détermination à encourager un large consensus autour du régime juridique encadrant les élections, dans le sens du renforcement de la construction démocratique.

Lors de sa réunion périodique, mardi, le bureau politique a mis en exergue l’avancée des consultations entre les différents partenaires concernés par le régime juridique encadrant les élections, affirmant sa détermination à encourager un large consensus autour des différents textes y afférents, compte tenu du besoin du Maroc en approches politiques positives avec la participation de tous.

Selon un communiqué du PPS, cette approche sera à même d’encourager la participation, de restaurer la confiance, de rehausser la crédibilité et de renforcer les institutions et la construction démocratique.

En outre, le bureau politique a fermement condamné les agissements séparatistes provocateurs, visant à entraver la libre circulation au passage de Gargarate, dans une vaine tentative de changer le statu quo dans la région, qui est de nature à menacer la stabilité, notant que le règlement politique et définitif du conflit artificiel autour du Sahara marocain ne peut avoir lieu que dans le cadre de la souveraineté entière du Maroc sur son Sahara, de l’adoption de l’initiative d’autonomie comme plafond extrême, de l’engagement de toutes les parties régionales concernées d’assumer leurs responsabilités au sujet de la question et de l’entière observation des critères de référence adoptés par le Conseil de sécurité, selon lesquels la solution ne peut être que politique, réaliste, pratique, durable et fondée sur le consensus.

En outre, le parti politique s’est arrêté sur l’évolution de la situation épidémiologique au Maroc, réaffirmant ses précédentes positions en ce qui concerne la confusion dans la gestion gouvernementale de la deuxième phase de la pandémie, en particulier au niveau de la faible présence politique du gouvernement, le manque de cohésion de ses composantes, la mauvaise communication avec l’opinion publique nationale et la faible association des acteurs sociaux.

Les membres du bureau politique ont appelé les citoyens à davantage de respect des règles de prévention sanitaire, en tant qu’unique solution actuellement disponible, incitant le gouvernement à adopter des approches de gestion qui équilibrent les dimensions sanitaire, sociale et économique et la mise en place d’un bilan d’étape de l’état d’urgence sanitaire pour en identifier les aspects positifs et dépasser ses échecs.

De même, le PPS considère que le dépassement des répercussions de la pandémie et la création des conditions de rétablissement de l’économie nationale requièrent la prise de mesures audacieuses, en particulier le soutien et la préservation de l’emploi, le lancement du chantier de généralisation de la couverture sociale, le renforcement de l’investissement public et le soutien de l’entreprise privée et des secteurs affectés, demandant au gouvernement d’élaborer un projet de loi de finances pour l’année 2021 qui réponde aux larges attentes sociales et économiques et ne pas s’enfermer dans une approche comptable et budgétaire étriquée.

Par ailleurs, le PPS n’a pas manqué d’exprimer son refus face à l’entrave faite à l’action des collectivités territoriales sur la base de circulaires, au retrait de plusieurs attributions et au rétrécissement de l’exercice de leurs attributions initiales de la part de l’autorité de contrôle administratif, soulignant la nécessité de préserver le principe de la gestion libre, de consolider le processus de la décentralisation et de la régionalisation avancée et d’accorder des prérogatives plus fortes aux collectivités territoriales pour qu’elles constituent un levier économique, social et sanitaire supplémentaire dans la bataille de notre pays face aux répercussions dangereuses de la pandémie de Covid-19.

Sur un autre volet, le bureau politique a vigoureusement condamné le crime odieux à l’encontre de la fillette Naima Rouhi, enfant âgée de cinq ans de la province de Zagora, dont la dépouille a été découverte après sa disparition depuis des semaines dans des conditions obscures, appelant à intensifier les investigations de la part des parties compétentes pour dévoiler les tenants et aboutissants de ce crime abjecte, commis à l’encontre de cet enfant innocent.

Face à l’augmentation de tels crimes scandaleux, le parti prendra, à travers sa représentation parlementaire, l’initiative de présentation d’une proposition de loi visant à la protection de l’enfance contre toutes les formes d’agressions, annonce-t-on.

S’agissant de la vie interne du parti, et après s’être félicité de la tenue des réunions des bureaux régionaux, le bureau s’est adressé à l’ensemble des sections du parti, à ses organisations et à ses secteurs pour la mobilisation de toutes les énergies militantes et l’élévation des degrés de préparation pour les échéances prochaines, appelant les bureaux provinciaux à reprendre leurs réunions ordinaires en présentiel, tout en observant les règles sanitaires.

Le bureau politique a, également, examiné de nombreux programmes, dont la réalisation est prévue au cours de la prochaine période et en particulier l’organisation de l’université annuelle du parti au cours du mois d’octobre, conclut le communiqué.

Bouton retour en haut de la page
Fermer