Deuxième pays du monde le plus endeuillé par la pandémie après l’Italie, l’Espagne a dépassé mercredi la barre des 100.000 cas confirmés (102.136), mais le rythme de nouvelles infections continue à baisser, selon les chiffres du ministère de la Santé.

En termes de pourcentage d’évolution, référence des autorités pour suivre la pandémie, l’augmentation quotidienne du nombre de morts poursuit son ralentissement, descendant à +10,6% en 24 heures, contre +27% il y a une semaine.

Les patients guéris sont par ailleurs toujours plus nombreux, atteignant 22.647, soit près de 20% des cas confirmés.

L’évolution quotidienne du nombre de cas marque quand à elle un nouveau ralentissement à +8,2% contre +20% il y a une semaine.

Madrid reste la région la plus touchée avec 42,7% des cas et 29,2% des morts, bien que la maladie progresse aussi en Catalogne (nord-est) qui recense désormais plus de patients en soins intensifs que la capitale.

Depuis mi-mars, les quelque 47 millions d’Espagnols sont soumis à l’un des confinements les plus stricts d’Europe: ils ne peuvent sortir de chez eux que pour acheter à manger, se faire soigner, sortir rapidement leur chien.

Cette quasi-quarantaine a été renforcée lundi: seules sont autorisées les activités essentielles à l’approvisionnement du pays. Ceux qui, comme les ouvriers du bâtiment ou des usines, ne pouvaient pas travailler de chez eux, sont désormais à l’arrêt jusqu’à Pâques, le 12 avril.

Bouton retour en haut de la page
Fermer