La Journée mondiale des enseignants, célébrée lundi, intervient cette année dans un contexte particulier où le métier d’enseignant connaît des changements profonds, imposés par la situation sanitaire mondiale.

Célébrée le 05 octobre de chaque année depuis 1994, cette journée vient commémorer la signature de la Recommandation OIT/UNESCO de 1966, concernant la condition du personnel enseignant.

Un texte qui détermine les critères de référence relatifs aux droits et aux responsabilités des enseignants, ainsi que les normes fixant leur formation initiale et continue, leur recrutement, leur emploi et les conditions d’enseignement et d’apprentissage.

L’édition 2020 de cette journée a pour thème “Enseignants : leaders en temps de crise et façonneurs d’avenir”, un slogan qui met l’accent sur le leadership des enseignants qui, selon l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), “est indispensable pour répondre au contexte particulier qui fait suite à la pandémie de Covid-19”.

Parmi les nouveaux défis qui se dressent face au corps enseignant dans ces circonstances exceptionnelles, celui de l’enseignement à distance.

Approchée par la MAP, Ilham B. qui exerce dans une école primaire de Casablanca confie avoir vécu une expérience qui a, pour le moins, “chamboulé” sa façon d’exercer son métier.

“Tout est arrivé si vite, la propagation de la pandémie dans le monde et l’imposition des mesures restrictives, avec notamment le confinement, pour enrayer la diffusion du virus”, raconte-t-elle.

“Mais même dans ces circonstances, nos enfants devaient continuer à apprendre. Il fallait donc rapidement s’adapter à cette nouvelle donne”, explique l’institutrice, précisant qu’au début de cette “aventure”, plusieurs problèmes logistiques se sont posés, tant pour les enseignants que pour les élèves.

Or, l’esprit de solidarité qui primait à ce moment nous a permis de surmonter toutes les entraves, affirme-t-elle avec satisfaction, notant toutefois que lorsque l’enseignement à distance a commencé à prendre son rythme de croisière, d’autres contraintes se sont imposées.

“Le plus dur était de retenir l’attention des élèves derrière un écran”, fait-elle savoir, relevant que c’est une tâche qui s’avère parfois difficile même au sein d’une classe.

À terme, et souvent avec l’intervention des parents, on a réussi à mettre à profit la période de confinement pour continuer le processus d’apprentissage des plus jeunes, dit-elle, émettant le vœu de pouvoir tirer parti de cette expérience pour mieux appréhender cette année scolaire qui, à Casablanca, a une nouvelle fois débuté suivant le mode d’enseignement à distance.

Contacté via les réseaux sociaux, Hamid A., qui exerce à Rabat où l’enseignement a repris de façon présentielle, explique que c’est un autre type de challenges qui s’impose en classe avec le respect de règles sanitaires strictes pour empêcher la propagation du Covid-19.

La rentrée scolaire en mode présentiel dans ces circonstances sanitaires nous a imposé une batterie de nouvelles mesures dans le dessein de préserver la santé du corps enseignant et surtout celle des élèves, ajoute Hamid.

En effet, l’amélioration de la situation épidémiologique dans le quartier où j’enseigne à Rabat a permis de passer à l’enseignement par alternance, selon un calendrier prédéfini, explique-t-il, affirmant que de la sorte, le respect de la distanciation sociale au sein des classes est plus facile.

Toutefois, poursuit le Rbati, la réussite de ce mode d’enseignement est tributaire de l’engagement des élèves et des parents qui doivent assurer un bon rythme de travail à la maison pour pouvoir maintenir le cap.

La pandémie de Covid-19 a considérablement accru les défis qui se posent partout dans le monde à des systèmes éducatifs souvent déjà saturés. Mais par leur engagement, les enseignants ont contribué à assurer l’enseignement à distance et à rouvrir les établissements scolaires dans le noble dessein d’atténuer les lacunes en matière d’apprentissage.

Sur son portail électronique, l’UNESCO précise que compte tenu de la situation actuelle, les célébrations de la Journée mondiale des enseignants se dérouleront en ligne.

Ainsi, en plus des cérémonies d’ouverture et de remise du Prix UNESCO-Hamdan, qui auront lieu le 05 octobre, et de la cérémonie de clôture, qui se tiendra le 12 octobre, une série de manifestations nationales, régionales et mondiales seront organisées tout au long de la semaine.

Bouton retour en haut de la page
Fermer