Les moyens de relancer l’économie nationale ont été lundi au menu des discussions entre le président de la Chambre des Représentants, Habib El Malki, et une délégation du Fonds monétaire international (FMI).

Cette rencontre tenue par visioconférence a été l’occasion d’échanger les points de vue essentiellement sur les moyens de relancer l’économie, le rôle de la Chambre des représentants dans l’élaboration et la mise en œuvre de diverses réformes et les innovations les plus marquantes apportées par le projet de loi de finances 2021, indique un communiqué de la Chambre des représentants.

A cette occasion, M. El Malki a passé en revue les mesures proactives adoptées par le Royaume au début de l’année en cours afin d’enrayer les répercussions sociales et économiques de la propagation de la pandémie du coronavirus, tout en rappelant la décision de SM le Roi Mohammed VI de créer un fonds spécial pour venir en aide notamment aux familles démunies et aux entreprises nationales et pour la préservation des emplois.

Il a dans ce contexte souligné que SM le Roi, dans son discours en ouverture de l’année législative du Parlement, a lancé un plan de relance de l’économie nationale, basé sur la création d’un fonds d’investissement stratégique appelé “Fonds d’investissement Mohammed VI”, d’une valeur de 15 milliards de dirhams financé par le budget de l’État. L’objectif est de promouvoir les investissements, d’augmenter les capacités de l’économie nationale à travers l’appui des secteurs productifs, le financement et l’accompagnement des grands projets, dans le cadre d’un partenariat public-privé (PPP).

La pandémie de Covid-19 a eu des impacts négatifs sur les économies de tous les pays du monde, a-t-il relevé, notant que “le Maroc, en tant que pays touristique ouvert, est confronté à des défis économiques et sociaux, mais cherche à rendre cette situation propice au lancement de profondes réformes structurelles”.

Il a dans ce sens mis l’accent sur la réforme du système de la santé, la généralisation de la couverture sociale, la promotion de l’agriculture et du développement rural, la réforme des établissements publics et l’amélioration de la gouvernance.

Saluant les mesures entreprises par le Maroc en vue de faire face à la pandémie, le chef de mission du FMI Roberto Cardarelli a indiqué que la ligne de précaution et de liquidité mise à la disposition du Royaume a permis de renforcer les capacités de l’économie marocaine à absorber les crises et limiter les répercussions négatives de la pandémie, de même qu’elle a confirmé la volonté du FMI d’accompagner l’économie nationale dans la prochaine étape.

Bouton retour en haut de la page
Fermer