Une délégation marocaine a pris part, lundi et mardi au siège de l’ONU à New York, à l’audition parlementaire annuelle conjointe de l’Union interparlementaire (UIP) et des Nations-Unies, qui a pour thème cette année “L’éducation, facteur clé de la paix et du développement durable : vers la mise en œuvre de l’Objectif de développement durable 4”.

Cette audition conjointe a ainsi appelé à une plus grande détermination politique pour faire en sorte que l’Objectif de développement durable en matière d’éducation, l’ODD 4, soit pleinement réalisé à l’horizon 2030.

La délégation parlementaire marocaine à ce conclave mondial est composée des députés Hayat Bouffarrachen (groupe Authenticité et Modernité), Noureddine Lazrak (groupe Union constitutionnelle) et Ahmed Toumi (groupe Istiqlalien de l’Unité et l’Egalitarisme), ainsi que des Conseillers Mohamed Salem Ben Massoud et Ahmed Touizi.

A cette occasion, les membres de la délégation marocaine ont mis en avant les grandes orientations du Royaume et ses efforts visant la mise en œuvre d’une stratégie globale et intégrée pour la réforme du système de l’éducation, à travers la concrétisation des principes d’une éducation de qualité pour tous, d’équité et d’égalité des chances, en plus de la promotion des valeurs de citoyenneté, de démocratie, du dialogue et de la culture des droits de l’Homme.

Intervenant dans ce cadre, M. Ahmed Toumi a souligné que le Maroc place l’éducation parmi ses premières priorités nationales, comme en témoigne le fait que près du tiers du budget de fonctionnement et 7% du PIB soient consacrés à ce secteur clé.

M. Toumi a toutefois mis l’accent sur la problématique de la fuite des compétences humaines qualifiées vers les pays industrialisés et les grandes multinationales. Par conséquent, il a appelé à aboutir à un consensus mondial sur la rationalisation de la migration des compétences humaines afin de sauvegarder les droits et les intérêts des pays en développement concernés.

De son côté, Hayat Bouffarrachen a souligné que le Maroc reste plus que jamais engagé pour l’éducation de ses enfants, notamment celle des petites filles, qui seront les leaders de demain dans différents secteurs et de futures mères éducatrices.

“C’est de cette manière que nous pouvons assurer la continuité de générations éduquées”, a-t-elle fait observer, rappelant que l’éducation est l’investissement nécessaire que toute génération doit faire pour l’avenir.

Pour sa part, Ahmed Touizi a insisté sur l’importance de l’ODD 4 comme locomotive pour la réalisation de l’ensemble des 17 Objectifs de développement durable des Nations-Unies à l’horizon 2030, en ce sens que l’éducation est la voix à suivre pour la concrétisation du développement durable.

M. Touizi a également rappelé que le Parlement marocain a adopté la charte nationale d’éducation et de la formation, qui constitue un levier important pour la promotion et la mise à niveau du système de l’éducation nationale.

Mohamed Salem Ben Massoud a, de son côté, relevé la grande importance qu’accorde le Maroc à la formation destinée à l’emploi, comme en témoigne le lancement par Sa Majesté le Roi Mohammed VI des travaux de réalisation de 12 Cités des Métiers et des Compétences (CMC) couvrant l’ensemble des Régions du Royaume.

Cette initiative, a-t-il relevé, permettra d’assurer une formation de qualité à même de répondre aux besoins du marché du travail en termes de compétences et de hisser la compétitivité des entreprises nationales.

Bouton retour en haut de la page
Fermer