L’expérience de l’école de la deuxième chance, lancée en 2014 par le département de l’éducation nationale, ouvre de nouvelles perspectives aux enfants de Sefrou, ayant abandonné l’école, et contribue à la lutte contre l’exclusion socioprofessionnelle de cette catégorie.

Au centre Imam Ali, un établissement scolaire affilié au ministère de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche Scientifique, ce programme ambitieux a commencé à apporter ses fruits, comme en attestent les résultats réalisés ces dernières années.

L’élève Ayman Ait Hadi, qui poursuit ses études dans cet établissement vient de se distinguer en décrochant, cette année, la première place au niveau régional s’agissant des écoles de la deuxième chance, nouvelle génération, avec une moyenne de 15,31.

Beaucoup d’élèves ayant intégré le centre, ouvert aux jeunes âgés entre 13 et 20 ans ayant quitté l’école, ont réussi à se rattraper en poursuivant leurs études ou en choisissant une formation professionnelle, ce qui leur a permis d’accéder au marché du travail.

Des dizaines d’enfants et de jeunes qui n’étaient pas en mesure de terminer leurs études pour diverses raisons, intègrent cet établissement chaque année, a indiqué à la MAP, Mostapha Toudi, président de l’association Jiber pour le développement rural et environnemental, chargée de la gestion du centre.

Selon lui, 54 élèves ayant suivi une formation professionnelle dans le textile et la couture dans le cadre de ce programme au niveau de l’école Imam Ali de Sefrou, ont bénéficié en juin dernier, d’une insertion dans le marché de l’emploi en collaboration avec des entreprises citoyennes de la région.

M. Toudi a expliqué que l’intégration professionnelle de ces lauréats intervient après une année de formation intensive, à l’issue de laquelle les élèves acquièrent des compétences susceptibles de leur faciliter l’intégration socio-économique.

Une trentaine de cadres techniques, administratifs et éducatifs assurent l’encadrement des élèves inscrits au Centre Imam Ali, qui a reçu environ 200 personnes au titre de la saison 2019/2020. Plus de 140 lauréats de cet établissement scolaire ont intégré, ces trois dernières années, le marché de l’emploi au niveau de la région, selon des données du centre.

Le centre Imam Malik fait partie du programme lancé par le ministère de tutelle en 2014, ciblant les élèves décrocheurs, qui rencontrent des difficultés à accéder aux Centres de formation professionnelle conventionnelle et au marché du travail, en raison de leur manque de qualifications académiques et professionnelles adéquates.

Il a pour objectif d’offrir une deuxième chance d’éducation aux enfants non scolarisés ou déscolarisés pour leur permettre d’acquérir les connaissances nécessaires, en vue de leur réintégration au sein des cycles de l’enseignement et de formation aussi bien de l’éducation formelle que de la formation professionnelle.

Bouton retour en haut de la page
Fermer