Le Rwanda a fermé sa frontière avec la RD Congo suite au décès du second cas d’Ebola et la détection d’une troisième victime dans la ville congolaise de Goma, située à la frontière entre le Rwanda et la RDC, rapporte la presse locale.
La frontière entre le Rwanda et la RDC “est fermée”, a indiqué un responsable gouvernemental rwandais, sous couvert de l’anonymat, cité par des médias.
Un communiqué émanant de la présidence de la RDC a souligné jeudi que sur décision des autorités, les citoyens rwandais ne peuvent plus se rendre à Goma, qui constitue une artère principale pour le commerce et la circulation des personnes et des biens : des milliers de personnes franchissent quotidiennement la frontière.
Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom, avait confirmé, la semaine passée dans un communiqué, qu’aucun cas d’Ebola n’a été signalé à ce jour au Rwanda, malgré les niveaux élevés de trafic et de mouvements de personnes entre la RDC et le Rwanda.
Il a souligné que “Kigali a été proactif et engagé dans la prévention d’Ebola à tous les niveaux depuis que l’épidémie a été déclarée en RDC voisine il y a presque un an..
Depuis l’apparition d’Ebola en août 2018 à l’est de la RDC, le Rwanda a mis en place une série de mesures de sécurité, incluant le dépistage rapide de personnes arrivant de la RDC, la mobilisation et la vaccination de près de 3000 agents de santé, la mise en place de centres ad hoc, ainsi que la sensibilisation des populations.
Le deuxième cas d’Ebola décédé mercredi à Goma était un orpailleur qui travaillait à Mungwalu dans la province voisine de l’Ituri, dans l’est de la RDC. Dans la nuit de mercredi à jeudi, un troisième cas, sa fille âgée d’une année, a été testée positive.
Un premier cas avait détecté le 17 juillet à Goma en provenance de Butembo, l’un des principaux foyers de la maladie. Le lendemain de son décès, l’OMS avait élevé la dixième épidémie de fièvre hémorragique Ebola en RDC au rang d’urgence sanitaire mondiale.
L’actuelle épidémie dans l’est de la RDC est la deuxième plus importante dans l’histoire de la maladie après celle qui a tué près de 11.000 personnes en Afrique de l’Ouest (Guinée, Liberia, Sierra Leone) en 2013-2014.
Selon le ministre congolais de la Santé, il y a eu 1.655 décès (1 561 confirmés et 94 probables) et 694 personnes guéries.

Bouton retour en haut de la page
Fermer