Le Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, a appelé, mercredi à Rabat, à accélérer la cadence de mise en oeuvre de la Stratégie nationale de développement durable (SNDD), en accordant une attention particulière à la dimension territoriale et en veillant à la concertation dans l’exécution des programmes et plans sectoriels qui en relèvent.

S’exprimant à l’ouverture des travaux de la Commission nationale du Développement durable qu’il a présidés en mode présentiel, M. El Otmani s’est arrêté sur l’importance des dimensions régionale et territoriale dans la mise en oeuvre de la SNDD, conformément au principe de territorialité prévu dans la loi cadre 12-99 concernant la Charte nationale de l’environnement et du développement durable, indique un communiqué du département du Chef du gouvernement.

Au cours de cette réunion tenue dans le cadre de l’adhésion affirmée du Royaume du Maroc, sous la sage conduite de SM le Roi Mohammed VI que Dieu L’assiste, à une politique préventive et volontariste visant à réaliser les objectifs de développement durable (ODD), tout en veillant au respect du Maroc de ses engagements extérieurs, M. El Otmani a souligné que les défis qui attendent le Royaume dans la mise en oeuvre de l’agenda onusien, au cours de la prochaine décennie, nécessitent plus de coordination, de concertation et d’efficacité dans les programmes, projets et politiques sectoriels, avec une révision des priorités qui tient compte des conséquences de la pandémie de coronavirus.

Cette réunion, poursuit le communiqué, vient en application des dispositions du décret n° 2.19.452 paru dans le Bulletin officiel du 29 juin 2019, mais aussi en réaction aux recommandations de la Cour des comptes contenues dans son rapport sur la préparation du gouvernement à mettre en oeuvre les ODD, et sur l’interconnexion entre les programmes et politiques sectoriels avec ces Objectifs.

Dans ce sens, M. El Otmani a souligné que le mécanisme de gouvernance, adopté conformément au décret précité, a permis de lancer une nouvelle dynamique de mise en oeuvre des ODD, facilitant ainsi l’élaboration du rapport national volontaire relatif à l’exécution de ces objectifs, que le Maroc s’est engagé à présenter au Forum politique de haut niveau sur le Développement durable, prévu en juillet prochain sous les auspices du Conseil économique et social des Nations unies, indique la même source.

Le Chef du gouvernement a également salué l’approche participative adoptée dans la préparation, par le Haut-Commissariat au plan (HCP) en coordination avec tous les secteurs et parties prenantes concernés, de ce deuxième rapport national volontaire.

Ce rapport, a expliqué M. El Otmani, met en lumière le niveau de mise en oeuvre des ODD au Maroc, dont certains ont été réalisés avant les délais fixés dans l’agenda onusien, comme la lutte contre la faim, la baisse du taux de mortalité maternelle et infantile et l’élargissement de l’enseignement préscolaire à l’horizon de sa généralisation, relève le communiqué.


 

 

Le rapport révèle, en outre, que d’autres ODD sont en cours de réalisation à l’horizon 2030, en particulier la lutte contre la pauvreté, l’amélioration de la nutrition des enfants de moins de cinq ans et la généralisation de la scolarisation à tous les niveaux d’enseignement, notant toutefois que davantage d’efforts sont requis pour atteindre d’autres objectifs comme la valorisation du capital humain, la réduction de la précarité, des disparités sociales, sectorielles et de l’inégalité des genres, et la promotion d’une croissance économique créatrice d’emplois décents, notamment en faveur des jeunes et des femmes.

M. El Otmani, ajoute le communiqué, a aussi passé en revue les avancées réalisées dans la mise en place de la SNDD depuis son adoption au Conseil des ministres du 25 juin 2017, tenu sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI.

À cet égard, le Chef du gouvernement a tenu à rappeler l’adoption du “Pacte de l’exemplarité de l’administration” lors de la réunion du Comité stratégique du développement durable du 22 février 2019 et la publication de la circulaire du Chef de gouvernement du 30 mai 2019, qui appelle toutes les administrations publiques à réaliser l’audit environnemental des bâtiments et à proposer des plans sectoriels d’exécution dudit pacte.

Cette réunion a été marquée par une présentation par le ministre de l’Energie, des mines et de l’environnement, Aziz Rebbah, sur le bilan 2019 de la mise en œuvre de la SNDD, ainsi qu’un exposé du Haut Commissariat au plan sur rapport national volontaire au sujet des ODD, fait savoir la même source.

Elle ajoute que ces exposés ont été suivis de discussions approfondies par les membres du comité, qui ont unanimement salué la qualité des deux exposés, et applaudi l’approche participative adoptée dans leur préparation. Les membres ont aussi présenté un ensemble d’observations et de propositions, après adoption des exposés par le Comité.

Cette réunion s’est tenue en présence, notamment, du ministre de la Justice, du ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, porte-parole du gouvernement, de la ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, de la ministre du Tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale, du ministre de l’Énergie, des mines et de l’environnement, du ministre du Travail et de l’insertion professionnelle, du ministre de la Culture, de la jeunesse et des sports, de la ministre de la Solidarité, du développement social, de l’égalité et de la famille, et de la ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, chargée des marocains résidant à l’étranger.

Ont été également présents, le président de l’Association marocaine des présidents des régions, le président directeur général de l’Agence marocaine pour l’énergie durable, le directeur de l’Agence marocaine pour l’efficacité énergétique, et de représentants de la Confédération générale des entreprises du Maroc, du groupement professionnel des banques du Maroc et d’autres membres du Comité.

Bouton retour en haut de la page
Fermer