La Direction générale de la protection civile (DGPC) a organisé, jeudi à Rabat, une campagne de collecte de sang sous le thème “une goutte de sang pour sauver une vie”, en collaboration avec le Centre national de transfusion sanguine et d’hématologie (CNTSH).

Organisée au niveau de l’unité préfectorale de la protection civile de Rabat-Agdal relevant de la Région Rabat-Salé-Kénitra, cette campagne a connu une participation accrue des agents de la DGPC.

Dans une déclaration à la presse en marge de cet événement, le chef de la division de santé et de secours médical au sein de la DGPC, Bouyahyaoui Azeddine, a indiqué que cette campagne est d’ampleur nationale et sera étendue à l’ensemble des unités territoriales de la DGPC dans toutes les régions du Royaume.

“Nous avons choisi d’organiser cet événement le cinq décembre en célébration de la journée nationale du don de sang”, a ajouté M. Bouyahyaoui, notant qu’il s’agit d’une action citoyenne et humanitaire des agents de la protection civile qui vient s’ajouter à leurs efforts quotidiens visant à secourir les citoyens victimes de tous type d’accidents.

La demande en produits sanguins labiles ne cesse d’augmenter ce qui rend difficile de maintenir l’équilibre entre disponibilité et besoins, a déploré M. Bouyahyaoui, rappelant que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) fixe le seuil minimum de donneur de sang à 1% de la population, alors que le taux au Maroc n’est que de 0.95%.

Pour sa part, Mohamed Laâraj, infirmier d’état au sein du CNTSH, a relevé qu’à l’occasion de la journée nationale du don de sang, une unité mobile du Centre s’est déplacée à la DGPC pour recueillir le sang des agents et répondre ainsi aux besoins des demandeurs en tout genre qui ne cessent de croître.

Le don de sang est un acte sans danger pour les 18-60 ans, a-t-il souligné, précisant qu’elle intervient suite à une consultation préalable, avec l’utilisation d’outils stérilisés et par un personnel compétent.

Une semaine après le don, le donneur obtient également les résultats des analyses de son sang et peut donc connaitre son groupe sanguin et s’assurer qu’il n’est pas atteint de plusieurs maladies comme la syphilis, l’hépatite C et le VIH, a fait savoir M. Laâraj.

La journée nationale du don de sang, célébrée cette année sous le signe “Le don de sang est la responsabilité de tous”, a pour objectif de sensibiliser à l’importance de la culture du don de sang.

A cette occasion, des campagnes de don de sang, qui se poursuivront jusqu’à fin décembre, ont été lancées au niveau des centres et des unités mobiles du CNTSH, en vue, notamment, de renflouer le stock de sang et de couvrir les besoins des centres de transfusion sanguine.

Selon les chiffres du CNTSH, près de 321.336 personnes ont donné leur sang en 2018, alors que le nombre des donneurs a été de 164.735 à fin juin dernier contre 167.734 donneurs durant la même période de l’année précédente.

Bouton retour en haut de la page
Fermer