Les talibans ont décliné mercredi l’offre du gouvernement afghan de libérer progressivement et sur plusieurs mois 5.000 prisonniers rebelles, en contrepartie d’une réduction “importante” des violences dans le pays, a déclaré un de leurs porte-paroles à la presse.

“Les 5.000 prisonniers doivent être libérés en même temps et cela devra se passer avant les discussions inter-afghanes”, a affirmé Suhail Shaheen.

Ces négociations, qui devaient démarrer mardi, ont été reportées de fait, faute d’un accord entre les deux parties sur la libération des prisonniers.

Les talibans ont fait de cet échange de prisonniers, qui figurait dans l’accord signé le 29 février à Doha entre les États-Unis et les insurgés, un prérequis à l’ouverture de négociations de paix directes sans précédent.

Le président afghan Ashraf Ghani avait cependant rejeté cette demande, avant de proposer mercredi une entente.

Bouton retour en haut de la page
Fermer