Des militants pro-Arménie ont bloqué pendant quelques heures une autoroute mercredi en Isère (centre-est de la France), ce qui a donné lieu à des affrontements au cours desquels quatre personnes ont été blessées, ont annoncé les autorités.

Les “échauffourées” ont opposé des manifestants pro-Arménie, au nombre d’une trentaine, à des automobilistes, a précisé la préfecture sans confirmer la présence sur place de sympathisants turcs, comme l’a affirmé la presse locale.

Parmi les quatre personnes blessées, l’une l’a été plus sérieusement à coup de marteau, a indiqué la préfecture de l’Isère dans un communiqué. L’homme de 23 ans a été évacué en état d’urgence relative vers un hôpital de la région, selon une radio locale.

La communauté arménienne de France réclame la reconnaissance internationale de l’indépendance de l’enclave du Haut-Karabakh (ou Artsakh), peuplée quasi exclusivement d’Arméniens mais rattachée à l’Azerbaïdjan.

Erevan soutient les insurgés du Nagorny Karabakh alors qu’Ankara est accusé d’appuyer les forces azerbaïdjanaises. Le conflit a repris fin septembre dans cette région qui avait proclamé son indépendance en septembre 1991 à la chute de l’URSS, lors d’une guerre ayant fait 30.000 morts.

Le trafic sur la portion d’autoroute où s’étaient formés des bouchons ayant atteint jusqu’à 10 km, selon l’opérateur Vinci Autoroutes, est revenue à la normale en fin de matinée, après la dispersion des manifestants par les forces de l’ordre.

Chiffrant le nombre de manifestants à 300 à 400, l’un d’eux, qui n’a donné que son prénom, Arthur, a expliqué que ce rassemblement était motivé par la crainte qu’un “deuxième génocide” soit en train de se reproduire en Arménie.

Bouton retour en haut de la page
Fermer