Le ministre d’État chargé des droits de l’Homme et des relations avec le Parlement, Mustapha Ramid a appelé, vendredi à Salé, à l’adoption de mesures effectives en vue d’activer les mécanismes participatifs de dialogue et de concertation prévus par la Constitution et considérés comme éléments essentiels pour le parachèvement de l’édifice de la démocratie participative.

S’exprimant à l’ouverture d’une rencontre tenue sous le thème “La concertation publique, un enjeu pour la démocratie participative”, M. Ramid a relevé que cette conférence intervient au moment où le Maroc connaît une importante dynamique de consolidation de l’édifice démocratique, institutionnel et juridique, notamment en matière d’instauration de la démocratie participative, soulignant que SM le Roi n’a eu de cesse d’insister dans Ses différents discours sur la promotion de la démocratie participative, conformément à la Constitution.

Cette rencontre permettra de valoriser de d’évaluer les acquis en matière de concertation entre les instances élues au niveau territorial, d’un côté, et les citoyens de l’autre côté, a relevé M. Ramid, estimant qu’en dépit des acquis réalisés aux niveaux national et territorial, plusieurs défis doivent être relevés en matière d’institutionnalisation de la concertation publique, ce qui nécessite la fédération des efforts de tous les acteurs concernés.

M. Ramid a, en outre, indiqué que la démocratie participative s’est trouvée consolidée à la faveur de textes permettant aux citoyens d’exercer leur droit de présentation de motions en matière législative et de pétitions aux pouvoirs publics et aux instances élues.

Il s’est également félicité des initiatives visant à instaurer une approche participative ouverte sur les différents acteurs et la société civile en vue d’adhérer au processus de mise en oeuvre des dispositions relatives à la démocratie citoyenne et participative prévues par la Constitution de 2011.

Le président de la commune de Salé, Jamaâ El Moâtassim a, de son côté, souligné l’importance du thème choisi pour cette rencontre qui reflète la volonté de promouvoir le rôle de la société civile en tant qu’acteur principal, aux côtés des acteurs institutionnels, en matière d’élaboration et d’évaluation des politiques publiques et des projets de développement, conformément à l’esprit de la Constitution et des textes législatifs relatifs à la démocratie participative.

Il a, par ailleurs, évoqué les efforts déployés au niveau des arrondissements de la ville de Salé pour la promotion de la démocratie participative à travers notamment la création de plusieurs mécanismes et instances, tout en associant la société civile à la gestion de la chose locale.

Pour sa part, l’ancien président de la Commission chargée du Dialogue national sur la société civile, Ismaïl Alaoui a souligné que le Maroc avait franchi un grand pas il y a près d’une décennie en accordant une place importante dans la Constitution à la démocratie participative, expliquant que le but est d’assurer une pleine participation des citoyens à la vie publique.

Cette rencontre de deux jours connaît la participation de représentants de départements gouvernementaux, de collectivités territoriales du Maroc, de la Tunisie et de l’Algérie, des acteurs de la société civile, des universitaires et des experts en matière de démocratie participative représentant l’agence allemande de coopération internationale.

Au programme de cette rencontre, initiée par la commune de Salé en collaboration avec le ministère d’État chargé des droits de l’Homme et des relations avec le Parlement, figurent des exposés sur la concertation publique en lien avec la démocratie participative.

Bouton retour en haut de la page
Fermer