L’Union européenne (UE) a assuré vendredi, jour J du Brexit, qu’elle “sera capable” de relever les défis de “la nouvelle ère” qui s’ouvre pour l’Europe après le départ du Royaume-Uni, qui sera effectif en ce jour à minuit.

L’Union européenne “sera capable de contenir la progression du changement climatique, trouver des solutions à l’avenir numérique ou faire entendre sa voix dans la cacophonie croissante qui règne en ce monde”, soulignent les présidents des trois grandes institutions de l’UE, dans une carte blanche publiée dans plusieurs journaux européens.

A quelques heures du Brexit, les présidents de la Commission, du Conseil et du Parlement européens, Ursula von der Leyen, Charles Michel et David Sassoli, livrent ce message dans la même veine des célèbres “Wir schaffen das!” (nous y arriverons) de la chancelière allemande Angela Merkel confrontée en 2015 à la crise des migrants et “Yes we can! ” (oui, nous pouvons) de l’ex-président américain Barack Obama.

Les trois présidents reconnaissent qu”à une époque caractérisée par la concurrence entre grandes puissances et par les turbulences géopolitiques, la taille est un facteur non négligeable”, l’UE devant perdre à minuit 66 millions d’habitants et 5,5% de son territoire.

“Aucun pays ne peut, à lui seul, contenir la progression du changement climatique, trouver des solutions à l’avenir numérique ou faire entendre sa voix dans la cacophonie croissante qui règne en ce monde”, insistent-ils, critiquant implicitement le gouvernement du Premier ministre britannique Boris Johnson.

Le trio présidentiel de l’UE se dit convaincu, en revanche, que “si nous nous rassemblons, l’Union européenne en sera capable”.

“Nous en serons capables parce que nous possédons le plus grand marché intérieur au monde. Nous en serons capables parce que nous sommes le premier partenaire commercial de 80 pays. Nous en serons capables parce que nous formons une Union de démocraties dynamiques. Nous en serons capables parce que nos peuples sont déterminés à promouvoir les intérêts et les valeurs de l’Europe sur la scène mondiale. Nous en serons capables parce que les États membres de l’UE feront jouer leur puissance économique collective, qui est considérable, lors des discussions avec nos alliés et nos partenaires – les États-Unis, l’Afrique, la Chine ou l’Inde”, explique-t-il.

L’Allemande, le Belge et l’Italien énumèrent à cet égard certains grands défis que s’est fixés l’Union européen: devenir le premier continent neutre sur le plan climatique d’ici à 2050 et être précurseurs dans la prochaine génération de technologies numériques, tout en faisant en sorte que ces transitions soient “justes”, afin de venir en aide aux personnes les plus touchées par ces changements.

Bouton retour en haut de la page
Fermer