Les échanges extérieurs au titre de l’année 2019 ont été marqués par un déficit commercial de 209 milliards de dirhams (MMDH), en hausse de 1,5% par rapport à l’exercice précédent, indique l’Administration des Douanes et impôts indirects (ADII).
Ce déficit est dû à une progression des importations (+9,6 MMDH ou +2%), plus importante que celle des exportations (+6,6 MMDH ou +10,4%), explique l’ADII dans son rapport d’activité 2019, précisant que le taux de couverture demeure quasi-stable à 57,4% au lieu de 57,2% un an auparavant. Hors importation des produits énergétiques, ce taux aurait reculé de 1,2 point, ajoute la même source.
Ce rapport fait ainsi ressortir que l’évolution des importations à 491 MMDH est attribuable principalement à la progression des importations des biens d’équipement de 5,5%, de produits finis de consommation (4,3%), des achats de demi-produits (4,5%) et des produits alimentaires (4,4%).
En revanche, le rythme d’accroissement des importations a nettement ralenti par rapport à 2018 où les importations avaient augmenté de 10% par rapport à 2017, et ce suite au repli de la facture énergétique de 7,2% et des importations de produits bruts (10%), relève l’ADII.
De leur côté, les exportations se sont élevées à 282 MMDH, indique le rapport, faisant état d’un recul de la croissance des exportations, d’une année à l’autre, à leur niveau le plus bas de ces six dernières années. Cette évolution est principalement expliquée par la baisse des exportations des phosphates et dérivés. A l’inverse, les secteurs automobile, agricole, agro-alimentaire et aéronautique affichent une bonne performance.
L’automobile, qui a progressé de 6,6%, ressort ainsi est en tête des exportations de 2019, en contribuant à hauteur de 27,3%, suivi des livraisons agricoles et agro-alimentaire avec une part de 21,6% et des ventes de phosphates et dérivés (17,4%). De même, l’aéronautique a poursuivi sa tendance haussière durant l’année écoulée, enregistrant une évolution de 7,3% ou +1 MMDH.
Toutefois, les exportations du secteur textile et cuir ont reculé de 2,3%. Elles sont constituées essentiellement de vêtements confectionnés et d’articles de bonneterie qui ont baissé respectivement de 2,1% et 2,4%.
Par ailleurs, les échanges extérieurs par famille de régimes douaniers fait état d’une stagnation des importations simples qui ont représenté 66% du total des importations contre 67% en 2018. Les importations en Admission Temporaire pour Perfectionnement Actif (ATPA) ont enregistré une légère diminution de 1% et contribuent à hauteur de 25% au total des importations en 2019.
Cette évolution est due au recul des importations en ATPA du soufre brut (-13%), de l’ammoniac (-9%) et du minerai de cobalt (-58%).
Pour leur part, les exportations en suite d’ATPA ont reculé de 1% par rapport à 2018, représentant une part de 70% du total des exportations. Cette évolution est le résultat de la baisse des exportations en suite d’ATPA des voitures de tourisme (-10% ), des engrais naturels et chimiques (-6%) et des vêtements confectionnés (-4%), freinée par la hausse de celles des fraises et framboises (+245%) et des fils, câbles et autres conducteurs isolés pour l’électricité (+5%).
Les exportations simples représentent 12% du total des exportations en 2019 et affichent une hausse de 7% par rapport à 2018.

Bouton retour en haut de la page
Fermer