La Bolivie a entamé, dimanche, une campagne électorale atypique en raison de la pandémie COVID-19, marquée notamment par des événements virtuels dans le sillage des restrictions sanitaires.

Le Mouvement pour le socialisme (MAS) a opté pour une caravane de véhicules pour sillonner les rues de Santa Cruz, la plus grande ville du pays, car la circulation des véhicules le week-end est toujours limitée à La Paz, siège du gouvernement et du parlement boliviens, en raison de mesures visant à prévenir le nouveau coronavirus.

De son côté, l’Alliance Juntos de la présidente intérimaire et candidate à la présidentielle, Jeanine Áñez, a également commencé ses activités électorales avec une caravane à Santa Cruz. l’Alliance a également lancé une campagne digitale avec une diffusion sur les réseaux sociaux.

Un autre candidat, Carlos Mesa, ancien président et candidat à la présidentielle au nom de la Comunidad Ciudadana, a publié une vidéo sur les réseaux sociaux dans laquelle il souligne que son parti propose des “solutions immédiates” pour sauver des emplois dans les secteurs les plus touchés comme la construction, les transports, le tourisme et la gastronomie face à la crise économique provoquée par le COVID-19.

Les élections générales du 18 octobre, reportées à trois reprises en raison de la pandémie, visent à élire le chef de l’État, le vice-président ainsi que 36 sénateurs et 120 députés.

Bouton retour en haut de la page
Fermer