Alors que la crise politique au Soudan est en voie d’apaisement, le chef des opérations de paix des Nations Unies a déclaré devant le Conseil de sécurité que la réduction progressive des effectifs de la Mission des Nations Unies et de l’Union africaine au Darfour (MINUAD), qui avait été suspendue en juin, pourrait éventuellement reprendre dans quelques mois.

“Depuis que j’ai informé le Conseil de sécurité le 14 juin 2019, d’importants développements ont eu lieu au Soudan. Le 17 août, le Conseil militaire de transition et les Forces pour la liberté et le changement ont notamment signé des accords sur les dispositions transitoires pour la prochaine période de 39 mois”, a déclaré Jean-Pierre Lacroix, Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de paix, devant les membres du Conseil.

Ces accords ouvrent la voie à un transfert de pouvoir aux civils et ont mis fin à près de huit mois de contestation qui ont conduit à la chute du Président Omar el-Béchir en avril 2019. Ils ont été suivis le 21 août par la désignation d’un Conseil souverain, composé de cinq militaires et de six civils chargés de superviser la transition. Le Conseil militaire de transition a été officiellement dissous.

“Il est à noter que les accords de transition impliquent un engagement à mettre fin à tous les conflits en cours au Soudan, ce qui pourrait apporter une stabilité à long terme au Darfour”, a souligné M. Lacroix.

“Des pourparlers entre le nouveau gouvernement et divers groupes armés au Soudan devraient avoir lieu, notamment avec le Front révolutionnaire soudanais, qui regroupe certains des mouvements du Darfour”, a-t-il ajouté.

M. Lacroix a félicité les parties soudanaises d’avoir abouti à un gouvernement de coalition civilo-militaire. “C’est une occasion de mettre définitivement un terme au conflit au Darfour”, a-t-il dit.

Le chef des opérations de paix de l’ONU a précisé qu’au Darfour, la situation en matière de sécurité reste en grande partie inchangée, avec des affrontements intermittents dans le Djebel Marra et des tensions intercommunautaires, en particulier entre agriculteurs et éleveurs.

“Avec la mise en place du Conseil souverain, le calendrier pour la reprise de la réduction de la MINUAD pourrait être revu après la fin de sa suspension, fin octobre”, a déclaré M. Lacroix.

Il a noté que le décret 102 exigeant le transfert des camps de civils déplacés de la MINUAD aux forces de soutien rapide (RSF) a été annulé. “La MINUAD est en train de mettre au point une feuille de route pour articuler les arrangements de transfert de chaque site”, a-t-il dit.

Mi-juin, la MINUAD avait décidé de suspendre tout nouveau transfert de camp de civils déplacés à l’armée soudanaise dans un contexte d’insécurité grandissante à travers le Soudan. Jean-Pierre Lacroix avait alors déclaré que la répression avait mis en lumière le rôle central des forces de soutien rapide liées au Darfour et qui seraient constituées en grande partie d’anciens membres de la milice Janjawid, accusée de graves violations des droits de l’homme au Darfour.

Le Conseil de sécurité avait décidé fin juin de proroger de quatre mois le mandat de la MINUAD, jusqu’à fin octobre, tout en prolongeant “temporairement et exceptionnellement” la période allouée à la réduction progressive des effectifs de la mission.

M. Lacroix a précisé que le Département des opérations de paix des Nations Unies avait entamé des discussions avec l’Union africaine afin de développer une stratégie politique conjointe pour “l’après-MINUAD”. “Nous voudrions explorer différentes options pour accompagner les interlocuteurs soudanais dans la résolution des problèmes qui subsistent au Darfour”, a-t-il ajouté.

Bouton retour en haut de la page
Fermer