Le président du Conseil de la Concurrence, Driss Guerraoui a plaidé, jeudi à Rabat, pour une mobilisation de l’ensemble des acteurs et forces vives de la nation pour créer des richesse nouvelles, soulignant que la question économique doit être cruciale dans le nouveau modèle de développement.

Ce modèle de développement nécessite la mobilisation de l’ensemble des acteurs et forces vives de la nation à travers notamment l’intelligence collective pour produire des richesses nouvelles et libérer les énergies, a affirmé M. Guerraoui dans une déclaration à la presse, à l’issue d’une réunion des représentants du Conseil de la Concurrence avec la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement (CSMD).

Il a aussi souligné la place et le rôle que doit jouer l’écosystème concurrentiel dans le modèle de développement, relevant que le pays est appelé à faire face à des défis majeurs dont la raréfaction des ressources naturelles et financières et des ressources humaines d’un certain niveau de compétences et d’excellence.

Parmi ces défis majeurs, M. Guerraoui a aussi cité la complexité de la gouvernance de la question économique ce qui imposera à l’économie nationale de chercher les moyens à même de pouvoir recourir à de nouveaux avantages comparatifs.

M. Guerraoui s’est également arrêté sur la nouvelle génération d’insécurité liée à la nouvelle donne de l’économie mondiale, aux impacts imprévisibles du changement climatique et à la réalité des changements imprévisibles dans les marchés.

Face à l’ensemble de ces défis, le recours aux sources traditionnelles de financement de la croissance et de la solidarité à savoir la dette, la fiscalité et la rationalisation des dépenses publiques ne peuvent pas permettre à l’actuel modèle de développement de répondre à l’ensemble des besoins, a-t-il estimé, appelant en outre à consacrer par la loi l’égalité des chances des citoyens, des entreprises et des territoires devant l’acte économique.

Le Maroc a besoin d’une nouvelle ambition qui doit être portée par le nouveau modèle de développement en vue d’insuffler une nouvelle confiance des Marocains dans leurs institutions, a-t-il relevé, appelant les citoyens à s’engager dans la mise en oeuvre de ce modèle de développement.

Bouton retour en haut de la page
Fermer