Un violent séisme a frappé mardi le centre de la Croatie, semant la panique, rasant des maisons et faisant au moins sept morts, selon un bilan provisoire.

La localité de Petrinja et ses alentours ont été durement touchés par la secousse de magnitude 6,4, également ressentie dans les pays voisins et même jusqu’à Vienne. Certains des 20.000 habitants s’apprêtaient à passer la nuit dehors par peur d’éventuelles répliques.

Selon l’Institut de géophysique américain (USGS), l’épicentre se situait à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Zagreb, dans la région de Sisak, secouée la veille par un tremblement de terre moins puissant.

“La recherche de survivants dans les décombres se poursuit”, a déclaré tard mardi soir le ministère de l’Intérieur.

Le Premier ministre Andrej Plenkovic a annoncé que sept corps sans vie avaient été trouvés dans les décombres et “qu’il y aurait probablement d’autres” victimes.

Selon le responsable de la gestion des crises pour l’Union européenne, Janez Lenarcic, l’UE a prévu d’envoyer des secours dont “des tentes hivernales, des lits et des sacs de couchage, ainsi que des conteneurs utilisables comme abris”. Il a annoncé qu’il se rendrait sur place mercredi.

Selon la police croate, une jeune fille a trouvé la mort à Petrinja et cinq personnes dans le village voisin de Glina. Une vingtaine de personnes sont blessées dont six grièvement.

L’électricité a été coupée à Petrinja et, à la nuit tombée, le centre-ville était encore plongé dans le noir. Sur la place principale, plusieurs bâtiments ont été complètement détruits. La police et l’armée s’affairaient à déblayer les débris à l’aide de pelleteuses.

 

“Ce n’est pas sûr ici, c’est clair comme le jour”, a déclaré sur les lieux le Premier ministre Andrej Plenkovic, expliquant que les autorités allaient installer des conteneurs pour abriter les personnes dont les maisons étaient à risque.

Des retraités se sont rassemblés dans un parc, enveloppés dans des couvertures.

“La ville n’est plus qu’un champ de ruines. C’est la panique générale”, a commenté le maire, Darinko Dumbovic.

L’hôpital de la ville était également privé d’électricité. La chaîne de télévision N1 a diffusé des images montrant des patients en train de s’éclairer avec leur téléphone portable.

Le séisme a été ressenti jusqu’en Slovénie, en Serbie et en Bosnie mais aussi en Autriche et en Hongrie.

La centrale nucléaire slovène de Krsko a été mise à l’arrêt “par précaution”.

En mars, Zagreb avait été frappée par un tremblement de terre de magnitude 5,3 qui avait provoqué d’importants dommages.

Les Balkans sont une zone de forte activité sismique et les tremblements de terre y sont fréquents. En novembre 2019, plus de 50 personnes avaient été tuées en Albanie dans un séisme qui avait également fait des milliers de sans abri.

Bouton retour en haut de la page
Fermer