Le Premier ministre du Liban,  Mustapha Adib a annoncé lundi qu’il avait eu de nouvelles consultations avec le président Michel Aoun, suscitant des doutes sur sa capacité ou non à former son gouvernement.

“Si Dieu le veut, tout ira bien”, a dit le nouveau premier ministre libanais à l’issue de cette nouvelle réunion.

Mustapha Adib, ancien ambassadeur du Liban en Allemagne a été nommé le 31 août dernier à la place d’Hassan Diab, qui n’a pas résisté aux accusations d’incurie et d’incompétence lancées à la suite de la catastrophe du 4 août sur le port de Beyrouth.

Alors que la formation des gouvernements nécessite généralement des mois de tractations entre les différentes formations politiques et composantes religieuses du Liban, M. Adib a promis d’agir vite pour sortir le pays de la crise qu’il traverse.

Au lendemain de sa nomination, le président français Emmanuel Macron, qui était de retour au Liban, a dit avoir reçu l’engagement des autorités libanaises qu’un gouvernement “de mission” serait formé dans les 15 jours, soit dans les prochaines heures.

Le président français s’est entretenu par téléphone au cours du week-end avec le président chiite du parlement libanais, Nabih Berri, qui s’est dit en désaccord avec la méthode du Premier ministre désigné pour former son gouvernement.

Une aide internationale de plusieurs milliards de dollars a été promise au Liban en 2018, mais ces fonds restent bloqués dans l’attente d’un plan crédible de réformes structurelles.

Bouton retour en haut de la page
Fermer