Ramallah, 23/04/2019 (MAP) – Le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh a qualifié de “crimes de guerre contre l’humanité” les démolitions de maisons palestiniennes, effectuées depuis le matin par les autorités israéliennes dans le quartier de Sour Baher, au sud d’Al Qods M. Shtayyeh a condamné, dans un discours à la réunion hebdomadaire du gouvernement à Ramallah, les opérations de démolition, jugeant qu’il s’agit d’un “crime de guerre contre l’humanité selon le Droit international”.

Il a, dans ce cadre, appelé les États et les organisations internationales et de droits de l’Homme à lutter contre ce “crime”.

La majorité des bâtiments démolis “sont parmi les zones classées “A” et “B”, selon les accords signés entre l’Organisation de libération de la Palestine et Israël”, et cela signifie qu’Israël a annulé les classifications, “imposant une nouvelle réalité”, a-t-il précisé.

Conformément à l’accord d’Oslo, la Cisjordanie est répartie en trois zones (A, B et C) qui devraient être soumises à l’autorité palestinienne.

Le Président Mahmoud Abbas avait chargé le ministre des Affaires étrangères Riyad Al-Maliki de joindre le dossier de Oued Al-Homs au dossier soumis par l’État palestinien à la Cour pénale internationale, a indiqué le Chef du gouvernement.

Les forces israéliennes ont commencé à démolir, depuis les premières heures du matin, des habitations palestiniennes situées à proximité du mur frontalier dans les faubourgs d’Al Qods, malgré les protestations des Palestiniens et les critiques de la communauté internationale. La Cour suprême israélienne a refusé dimanche une pétition soumise par les citoyens pour forcer les autorités israéliennes à arrêter temporairement la démolition de leurs maisons.

Bouton retour en haut de la page
Fermer