Des heurts violents continuent d’opposer les forces de l’ordre à une foule de manifestants dans la ville de Minneapolis au Minnesota, Etat du Midwest américain, après un crime racial qui a suscité une vague d’indignation à travers le pays.

Pour la deuxième nuit consécutive, des foules en colère pillaient des magasins, et des incendies ont été également allumés pour marquer la colère après la mort de George Floyd, un afro-américain décédé sous la garde de la police plus tôt cette semaine.

Une personne a trouvé la mort mercredi soir lors de ces manifestations, ont indiqué les autorités de la ville.

Une vidéo capturée par des passants montrait Floyd répétant aux officiers qu’il ne pouvait pas respirer alors que l’un d’eux le plaquait au sol avec un genou sur le cou. Les images ont rapidement suscité l’indignation lors de leur diffusion sur les réseaux sociaux.

Les quatre policiers impliqués dans l’incident ont été immédiatement licenciés du département de police de Minneapolis. Le maire de la ville a en outre appelé à des poursuites contre l’officier qui s’est agenouillé sur le cou de la victime.

Le président américain Donald Trump a demandé au département de la Justice et au FBI d’accélérer une enquête sur cet incident.

“J’ai demandé que cette enquête soit accélérée et j’apprécie grandement tout le travail accompli par les forces de l’ordre locales. Mon cœur va à la famille et aux amis de George. Justice sera rendue!” a-t-il indiqué.

Jeudi, le bureau du procureur américain et le FBI ont assuré qu'”une solide enquête criminelle” est en cours et que l’affaire constitue une priorité.

Le maire de Minneapolis, Jacob Frey a multiplié les appels au calme. “S’il vous plaît, Minneapolis, nous ne pouvons pas laisser la tragédie engendrer plus de tragédie”, a-t-il écrit sur Twitter.

Des manifestations contre cette bavure policière se sont étendues à d’autres villes américaines comme la Californie ou encore à Memphis, selon les médias américains.

Bouton retour en haut de la page
Fermer