Le ministre canadien des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a appelé l’Iran à mettre fin à l’impasse autour de l’analyse des boîtes noires de l’avion ukrainien, abattu en janvier près de Téhéran.

Lors d’une conférence de presse, dimanche à Addis-Abeba en Éthiopie, M. Champagne a affirmé que l’Iran ne dispose pas de l’expertise ni de l’équipement nécessaires pour lire les enregistreurs de données de l’avion.

«Il est temps d’envoyer les boîtes noires de l’avion en France, qui détient l’expertise pour les analyser», a insisté le ministre qui affirme s’exprimer au nom du groupe de coordination internationale, composé des cinq pays dont des ressortissants sont morts dans le crash de l’avion.

L’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) et d’autres pays ont confirmé à l’Iran qu’il n’était pas possible de fournir l’équipement que ce pays demande pour lire les boîtes noires, a relevé M. Champagne, cité par les médias canadiens.

Un total de 176 personnes, dont 57 Canadiens, ont péri dans le crash de l’avion ukrainien abattu accidentellement par des tirs de missiles iraniens.

Bouton retour en haut de la page
Fermer