La situation épidémiologique “préoccupante” que vit le Maroc depuis des semaines exige des décisions audacieuses pour éviter une perte du contrôle de cette situation, a estimé Dr. Tayeb Hamdi, médecin et chercheur en politiques et systèmes de santé.

Dans une déclaration à la MAP, M. Hamdi a souligné l’importance d’améliorer la capacité de dépistage à travers l’acquisition de davantage d’équipements et matériels nécessaires, notant que l’industrie nationale a désormais la capacité de produire de tels équipements et en nombre suffisant.

Il a appelé, à cet égard, à faciliter l’agrément et l’autorisation des laboratoires pour leur permettre d’effectuer les tests et à rembourser les frais engagés à cet effet par les caisses et sociétés d’assurance, via notamment la conclusion de conventions avec les laboratoires afin d’adopter le régime du tiers payant.

Ces mesures permettraient aux fonctionnaires et salariés, ainsi qu’à leurs familles, de bénéficier des services du secteur privé, tout en participant au décongestionnement des établissements publics pour un diagnostic et une prise charge rapides des cas suspects et de leurs contacts, a-t-il indiqué.

Il a également mis l’accent sur la nécessité d’intégrer les médecins privés dans le système de dépistage, surtout qu’ils accueillent quotidiennement un grand nombre de patients symptomatiques.

Il a aussi proposé de réduire, dans un premier temps, de 14 à 10 jours la période d’isolement des cas et des sujets contacts confirmés, qu’ils soient symptomatiques ou asymptomatiques, comme c’est le cas dans plusieurs pays, avant de la fixer à 7 jours dans un deuxième temps, tout en respectant scrupuleusement les gestes barrières.

Le chercheur a appelé la commission scientifique consultative à examiner l’allègement du protocole sanitaire en faveur des jeunes pour faciliter l’isolement et la prise en charge, sachant que “nous allons enregistrer des milliers de cas dans les semaines et mois à venir”.

Il a appelé à l’isolement des citoyens qui présentent des symptômes et leurs contacts, tout en insistant sur l’importance d’améliorer la capacité d’anticipation pour éviter une aggravation de la situation épidémiologique.

M. Hamdi a en outre souligné l’importance de se préparer au lancement d’une vaste campagne de vaccination contre la grippe saisonnière en accordant la priorité aux catégories vulnérables et à risque.

Il a aussi plaidé pour la création de deux circuits de traitement au sein du système de santé dans les secteurs public et privé, à savoir le circuit du traitement du covid-19 et celui dédié au traitement des autres maladies, notant que la prise en charge des maladies chroniques et de la santé maternelle et infantile et des autres maladies ne peut être reportée.

M. Hamdi a, par ailleurs, appelé à l’amélioration de la communication à travers des débats scientifiques répondant aux questions des citoyens, tout en mettant à la disposition des professionnels, des experts et des journalistes des données détaillées à même de leur permettre de suivre l’évolution de l’épidémie et de formuler des propositions, mettant l’accent sur la nécessité de mener des études médicales et scientifiques sur la situation épidémiologique au Maroc.

Sur un autre registre, le chercheur a indiqué que les jeunes ne sont pas immuniser contre la covid, appelant au strict respect des gestes barrières dont le port des masques, la distanciation sociale, la désinfection des mains et l’aération des espaces fermés, rappelant que le discours royal du 20 août a été clair dans ce sens.

Bouton retour en haut de la page
Fermer