L’Organisation des Nations-Unies s’est déclarée, mercredi, préoccupée par le nombre croissant de cas de COVID-19 à travers la Syrie, où 892 personnes ont été testées positives au virus, dont 46 décès.

“Dans le nord-ouest de la Syrie, 38 cas ont été confirmés et aucun décès n’a été signalé. Dans le nord-est de la Syrie, 34 cas ont été signalés, dont un décès”, a précisé Farhan Haq, porte-parole adjoint du Secrétaire général de l’ONU.

Il a précisé que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dirige les mesures de préparation et d’atténuation des Nations-Unies dans toute la Syrie, y compris dans le nord-ouest et dans le nord-est, afin de contrer la propagation de la pandémie dans ce pays déjà ravagée par un conflit armé de plusieurs années.

Le porte-parole a également exprimé la préoccupation de l’ONU par la sécurité et la protection de plus de quatre millions de civils dans le nord-ouest du pays – dont 2,7 millions de personnes déplacées à l’intérieur de la Syrie – à la suite des informations faisant état de frappes aériennes et de bombardements ces derniers jours.

Selon lui, des sources locales avaient fait état lundi de frappes aériennes ayant eu un impact sur trois communautés du gouvernorat d’Idlib ainsi que sur une communauté du nord du gouvernorat de Lattiquia.

“L’ONU appelle toutes les parties à répondre aux appels du Secrétaire général en faveur d’un cessez-le-feu complet en tant que mesure essentielle pour permettre aux communautés de lutter contre la pandémie du Covid-19”, a-t-il souligné lors de son point de presse quotidien.

L’ONU continue également de rappeler à toutes les parties, et à ceux qui ont une influence sur elles, leur obligation de protéger les civils et les infrastructures civiles comme l’exigent le droit international humanitaire et le droit international des droits de l’homme, a-t-il conclu.

Bouton retour en haut de la page
Fermer