Le gouvernement italien va prendre une participation dans une entreprise locale qui développe un nouveau vaccin contre le Covid-19, a annoncé mercredi le ministre de la Santé Roberto Speranza.

“C’est le bon choix et un choix important”, a-t-il déclaré à propos de cet investissement dans ReiThera, une entreprise de biotechnologie basée près de Rome.

Mardi, les services du haut-commissaire gérant la crise du coronavirus, Invitalia, avaient indiqué que l’Etat prendrait une participation de 30%.

Invitalia a en outre annoncé mardi que ReiThera allait recevoir davantage d’aides publiques, sous forme de 81 millions d’euros de subventions et de prêts.

Le vaccin de ReiThera, en phase de test, n’est pas encore prêt à être soumis aux autorités sanitaires italiennes et européennes.

“Si les tests se poursuivent avec succès, comme dans la phase 1, on devrait terminer le travail d’ici juin, juillet au maximum”, a estimé Francesco Vaia, directeur sanitaire de l’hôpital Spallanzani de Rome, l’établissement de référence en Italie pour les maladies infectieuses, sur la chaîne de télévision La7.

Le chef de l’Agence italienne des médicaments, Giorgio Palu, a déclaré à la chaîne d’information SkyTG24 que le vaccin pourrait être prêt “au plus tôt en septembre”.

L’Italie est l’un des pays les plus touchés par la pandémie de coronavirus, avec près de 2,5 millions d’infections et plus de 86.000 morts.

Comme d’autres pays européens, elle a été contrainte de ralentir son programme de vaccination en raison de retards dans la livraison des vaccins Pfizer-Biontech. En réaction, le gouvernement italien a menacé Pfizer de poursuites judiciaires.

L’Italie a commencé son programme de vaccination fin décembre, et a jusqu’à présent administré 1,5 million de doses. Sur ce total, 242.000 personnes ont reçu les deux doses nécessaires à la pleine efficacité du vaccin.

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer