Le monde est appelé à retrouver une nouvelle unité face à la menace mortelle que représente la pandémie du nouveau coronavirus, a affirmé lundi le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.

“Devant cette menace mondiale mortelle, nous devons retrouver une nouvelle unité. Nous avons vu des expressions de solidarité mais très peu d’unité dans notre réponse au Covid-19”, a affirmé en visioconférence M. Guterres à l’ouverture de la 73ème Assemblée mondiale de la santé, organisée depuis Genève.

“Les pays ont suivi des stratégies différentes, parfois contradictoires, et nous en payons tous le prix fort”, a-t-il souligné.

Il a fait remarquer que “de nombreux pays ont ignoré les recommandations de l’OMS, et en conséquence, le virus s’est répandu dans le monde entier et se dirige maintenant vers les pays du sud où il pourrait avoir des effets encore plus dévastateurs”.

D’après le chef de l’ONU, la pandémie “a exposé notre fragilité collective. Malgré les grands progrès scientifiques et technologiques de ces dernières années, il a suffi d’un virus microscopique pour nous mettre à genoux et nous ne savons pas encore comment l’éradiquer, le traiter ou le prévenir”.

“Toutefois, la fragilité exposée par le virus ne se limite pas à nos systèmes de santé, elle touche tous les domaines de notre monde et de nos institutions”, a-t-il poursuivi.

Et d’ajouter que “le Covid-19 doit être un signal d’alarme, il est temps de mettre un terme à l’arrogance. Le profond sentiment d’impuissance que nous ressentons doit nous inciter à plus d’humilité”.

Bouton retour en haut de la page
Fermer