La femme marocaine participe “de manière active et efficace” à la gestion de la crise générée par la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19), a affirmé, vendredi à Rabat, la ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Nouzha Bouchareb.

Cette date anniversaire intervient “dans une conjoncture assez difficile”, a indiqué Mme Bouchareb dans une déclaration à la presse en marge de sa participation à une rencontre organisée par la Fondation diplomatique à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, sous le thème “Rôle de la femme marocaine en tant que moteur de relance économique post-Covid”, notant que “la femme est très présente et très impliquée” dans la gestion de la crise générée par la pandémie.

La ministre, qui a reçu de la Fondation diplomatique, lors de cette rencontre, un prix honorifique en reconnaissance de son action à la tête de son département ministériel, a mis en avant les particularités de cet anniversaire marqué par une conjoncture sanitaire toute particulière.

“Nous avons vécu au Maroc une expérience unique et distincte pour faire face à la pandémie. Grâce à la vision éclairée de SM le Roi Mohammed VI et Son approche proactive, la santé et la sécurité des citoyennes et des citoyens ont été érigées en priorité absolue”, a-t-elle dit.

Mme Bouchareb a tenu à rendre un vibrant hommage en particulier aux femmes au sein de son département ministériel, qui “représentent plus de 44% des cadres et plus de 37% des postes de responsabilité”, pour leur implication efficiente dans la gestion et le bon déroulement du service.

Cette rencontre a été marquée par un hommage posthume rendu à Mme Rabia Rafiki El Mrini, une des militantes chevronnées de l’action sociale au Maroc.

Bouton retour en haut de la page
Fermer