La compagnie aérienne scandinave SAS a annoncé mardi son intention de licencier jusqu’à 40% de ses effectifs en Suède, au Danemark et en Norvège, pour réduire l’impact de la pandémie du Covid-19.

SAS a déclaré qu’elle “lancerait des processus pour réduire la taille de ses futurs effectifs jusqu’à 5 000 postes à temps plein”, car elle prévoyait que cela prendrait des années avant que la demande ne revienne aux niveaux d’avant le coronavirus.

La compagnie aérienne, qui a licencié environ 90% de son personnel à la mi-mars, a indiqué que les licenciements potentiels toucheraient jusqu’à 1 900 postes à temps plein en Suède, 1 300 en Norvège et 1 700 au Danemark.

Elle a signalé qu’elle négocierait des solutions avec les syndicats et les parties prenantes dans l’espoir de réduire le nombre de licenciements.

“Les effectifs de SAS ont des délais de préavis d’une durée moyenne de six mois. L’incertitude concernant la demande et le temps nécessaire pour adapter l’organisation signifie que SAS doit agir de manière proactive. Cela donne à SAS la flexibilité nécessaire pour accélérer rapidement l’activité en cas de retour de la demande, mais aussi de prendre de nouvelles mesures si la reprise prend plus de temps que ce qui est actuellement envisagé “, a indiqué la compagnie dans un communiqué.

“Compte tenu des restrictions de voyage actuelles, SAS s’attend à une activité limitée pendant la saison estivale. En outre, il faudra très probablement quelques années avant que la demande ne revienne aux niveaux observés avant Covid-19”, a-t-elle soutenu.

Le PDG de SAS, Rickard Gustafson, a salué l’aide gouvernementale, comme par exemple le soutien de l’État suédois aux travailleurs en congé, qui a déjà sauvé “des milliers d’emplois” dans l’entreprise. Mais il a déclaré que SAS devait regarder vers l’avenir et se préparer à adapter ses effectifs à une demande réduite à la suite de la pandémie.

“Covid-19 a créé une crise mondiale pour la société dans son ensemble et pour le secteur aérien en particulier”, a-t-il souligné.

La Suède et le Danemark, les deux principaux actionnaires de SAS, ont annoncé le 17 mars qu’ils fourniraient plus de 275 millions d’euros de garanties de crédit pour protéger SAS de l’impact économique de la crise.

La compagnie aérienne a affirmé mardi qu’elle n’exploitait actuellement qu’un “réseau domestique très limité en Norvège et en Suède”.

Bouton retour en haut de la page
Fermer