Alors qu’une course contre la montre est enclenchée pour éradiquer la pandémie du nouveau coronavirus, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a rappelé jeudi qu’un “vaccin, en soi, n’est pas suffisant”, en ce sens qu’une solidarité mondiale reste nécessaire pour garantir que tout un chacun puisse accéder au vaccin contre cette maladie mortelle.

“Nous avons besoin d’une solidarité mondiale pour garantir que chaque personne, partout dans le monde, ait accès” au vaccin, a déclaré M. Guterres dans un message vidéo adressé au Sommet mondial sur les vaccins, convoqué virtuellement pour trouver et financer des solutions collectives pour les vaccins liés au Covid-19 et pour renforcer les engagements de vaccination systématique et des ressources pour d’autres maladies.

Le chef de l’ONU a estimé qu’un vaccin à cette maladie doit être considéré comme “un bien public mondial – un vaccin du peuple”.

Antonio Guterres a aussi salué le “travail remarquable” de l’Alliance du Vaccin (Gavi), un partenariat mondial associant secteur public et secteur privé, et de ses partenaires pour permettre aux personnes de tous âges et de tous niveaux de revenus à travers le monde d’accéder aux vaccins.

“L’ONU est fière de participer à cet effort vers la couverture sanitaire universelle”, a-t-il affirmé, réitérant son engagement à faire partie de la prochaine phase, “car il reste encore beaucoup à faire”.

“La maladie ne connaît pas de frontières”, a relevé M. Guterres. “C’est pourquoi une Alliance du vaccin entièrement financée sera essentielle pour nous assurer de continuer à progresser vers les objectifs de développement durable”.

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer