L’organisation des Nations-Unies a alerté, vendredi, que l’épidémie du Covid-19 se propageait “hors de contrôle” au Yémen, plongé depuis plus de cinq ans dans un conflit armé meurtrier qui a aussi anéanti les infrastructures sanitaires du pays.

“Sept semaines après l’annonce du premier cas de Covid-19, le virus se propage sans contrôle à travers le pays”, s’est inquiété Farhan Haq, porte-parole adjoint du Secrétaire général de l’ONU.

Les agences humanitaires de l’ONU appellent également à soutenir d’urgence le Yémen où la situation est de plus en plus alarmante face à la progression de la maladie, a-t-il dit lors du point de presse quotidien à New York.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations-Unies (OCHA) a ainsi fait savoir que l’ONU et ses partenaires ont besoin de 2,4 milliards de dollars de financement jusqu’à la fin de l’année pour le Yémen, dont 180 millions pour la lutte contre le nouveau coronavirus.

“Si les opérations au Yémen ne sont pas financées, le spectre de la famine réapparaîtra, le Covid-19 et d’autres maladies mortelles comme le choléra, la dengue et le paludisme ravageront le pays, et d’autres personnes mourront”, a mis en garde un porte-parole d’OCHA.

Selon l’ONU, au moins une trentaine de programmes seront réduits ou fermés en l’absence des financements demandés.

L’ONU avertit également que de nouvelles réductions de l’aide humanitaire font planer le spectre d’une famine au Yémen, où des millions de familles dépendent de l’aide alimentaire pour survivre. L’alimentation complémentaire pour 1,7 million d’enfants et de femmes enceintes sera réduite et près d’un quart de million d’enfants verront l’aide diminuer ou cesser si l’aide humanitaire n’est pas financée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer