Le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé les partenaires internationaux à soutenir les pays d’Afrique centrale à surmonter les conséquences du Covid-19 et son impact sur la région.

Dans des éléments de presse adoptés par les Quinze à l’issue d’une réunion consacrée à la situation dans cette partie du continent africain, le Conseil a déclaré reconnaitre “les multiples défis socio-économiques, humanitaires, politiques et environnementaux auxquels sont confrontés les pays d’Afrique centrale”.

Les Quinze se sont félicités de “l’évolution positive dans et entre un certain nombre de pays de la région”, mais se sont déclarés préoccupés par la persistance des conflits dans certaines parties de l’Afrique centrale.

Par conséquent, les membres du Conseil de sécurité ont encouragé les parties aux conflits dans la sous-région à répondre positivement aux appels du Secrétaire général de l’ONU et de l’Union africaine à un cessez-le-feu mondial.

Ils ont aussi exprimé leur soutien aux efforts en cours de l’envoyé de l’ONU pour l’Afrique centrale, François Lounceny Fall, dans les efforts de prévention des conflits et de médiation à travers la sous-région pour “promouvoir un dialogue politique inclusif, encourager la stabilité dans la région et aider les pays de la sous-région à consolider la paix, résoudre les tensions et prévenir ou atténuer les crises politiques”.

Le Conseil a également réaffirmé son ferme attachement à la souveraineté, à l’indépendance, à l’unité et à l’intégrité territoriale des pays de la région, qui regroupe neuf pays (Angola, Cameroun, Gabon, Guinée équatoriale, République centrafricaine, République démocratique du Congo, République du Congo, Sao Tomé-et-Principe et Tchad).

Lors de cette réunion, la France, qui assure la présidence du Conseil de sécurité pour le mois de juin, a relevé que l’Afrique centrale connaît un certain nombre de progrès, mais reste une région fragile, confrontée à de nombreux défis d’ordre politique, sécuritaire, humanitaire, ou relatifs aux droits de l’Homme.

“La situation est d’autant plus délicate que la pandémie de Covid-19 n’a pas épargné la région et que son impact socio-économique risque d’être plus important encore”, s’est inquiété l’ambassadeur de France à l’ONU, Nicolas de Rivière.

“Le soutien des partenaires internationaux reste indispensable pour aider les pays d’Afrique centrale à endiguer ces menaces”, a-t-il réitéré.

Bouton retour en haut de la page
Fermer