Une grande partie du territoire portugais est entrée, à partir de ce mercredi, dans un reconfinement plus allégé que celui du printemps, pour contrôler la propagation du Covid-19.

Cette mesure concerne 121 des 308 communes que compte le pays, soit 70% d’une population d’environ dix millions d’habitants et restera en vigueur pendant au moins deux semaines.

Dès lors que possible, le télétravail est devenu obligatoire mais le “devoir civique de confinement à domicile” est essentiellement une forte recommandation prévoyant une série d’exceptions qui permettent de faire des courses, pratiquer du sport ou porter assistance à quelqu’un.

Toutefois, les écoles restent ouvertes, ainsi que les commerces et les restaurants, qui doivent cependant fermer leurs portes plus tôt, de même que les espaces culturels.

Le retour progressif du public aux stades de football a été suspendu.

Le premier ministre portugais, Antonio Costa a défendu lundi la déclaration de l’état d’urgence sanitaire, qui sera entérinée par le Parlement dans les prochains jours, “pour lever les doutes juridiques” sur la légalité de certaines dispositions actuellement à l’étude.

L’exécutif veut notamment s’assurer qu’il peut légalement restreindre la liberté de circulation, y compris pour instaurer un couvre-feu pendant le week-end.

Le gouvernement envisage également de réaliser des contrôles de température dans les accès aux services publics ou de réquisitionner l’armée pour renforcer les équipes sanitaires de traçage des contacts.

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer