Le Brésil a dépassé les 500.000 cas confirmés de COVID-19 dimanche et s’approche des 30.000 décès, selon le dernier bilan du ministère de la santé, qui a, par ailleurs, fait état de 206.555 guérisons (40%).

Au moment où de nombreuses villes s’apprêtent à rouvrir l’activité économique, le ministère a indiqué qu’au cours des dernières 24 heures, 16.409 nouveaux cas ont été confirmés, portant le nombre total à 514.849 infections, tandis que le nombre de décès a augmenté de 480, pour s’établir à 29.314.

L’augmentation du nombre de décès a baissé par rapport aux données enregistrées entre mardi et vendredi derniers, période durant laquelle elle est restée supérieure à mille par jour.

Cependant, les spécialistes de la santé affirment que les bilans publiés le week-end ne couvrent pas tous les cas, car il y a une réduction considérable du nombre de personnes chargées du traitement des données sur la pandémie.

Avec ces statistiques, le Brésil est confirmé comme le deuxième pays au monde en nombre d’infections, seulement derrière les États-Unis, qui totalisent 1.779.853.

En dépit de cette situation, à partir de lundi, de nombreuses régions du pays entament l’assouplissement des mesures d’isolement adoptées au cours des deux derniers mois pour ralentir l’avancée de la pandémie.

Dimanche, le président brésilien, Jair Bolsonaro, a de nouveau assisté, à Brasília, à une manifestation de milliers de ses partisans venus exprimer leur soutien aux politiques prônées par chef de l’Etat, notamment dans la lutte anti-coronavirus.

La manifestation a été organisée aux portes du Palais présidentiel dans la capitale et les manifestants ont brandi des messages contre le Congrès et la Cour suprême, mais aussi en faveur de la réouverture de l’économie.

D’autre part, les États-Unis ont envoyé deux millions de doses d’hydroxychloroquine au Brésil, a annoncé dimanche la Maison Blanche. L’utilisation de ce médicament dans le traitement du nouveau coronavirus est controversée, selon les médias locaux.

L’hydroxychloroquine “sera utilisée comme prophylactique pour protéger les infirmières, les médecins et les professionnels de la santé du virus au Brésil. Elle sera également utilisée comme thérapie pour traiter les Brésiliens infectés”, a déclaré la présidence américaine dans un communiqué.

L’État de Sao Paulo, qui concentre 22% de la population brésilienne et est considéré le moteur économique d’un pays qui, entame dès ce lundi la réouverture progressive de son économie.

Le gouverneur de Sao Paulo, Joao Doria, et le maire de la capitale, Bruno Covas, ont averti que si le nombre d’infections devait faire un bond exponentiel avec la réouverture, cette décision pourrait être annulée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer