La vaccination obligatoire contre le Covid-19 au Brésil fait l’objet de nouvelles frictions entre le président Jair Bolsonaro et la Cour suprême, au moment où le nombre de cas et de décès est revenu à monter en flèche ces derniers jours.

Le ministère de la Santé a enregistré au cours des quatre derniers jours environ 4.000 décès liés à la pandémie, des chiffres qui n’ont plus été recensés depuis septembre dernier.

À la veille des vacances de Noël, sept des 27 États, dont Rio de Janeiro, connaissement un taux d’occupation de 80% des lits de soins intensifs.

Dans ce sillage, les yeux sont rivés sur la campagne de vaccination des 212 millions de Brésiliens, dont le calendrier et le caractère obligatoire font l’objet d’un débat national houleux.

Le gouvernement Bolsonaro a présenté un plan avec les groupes prioritaires, mais sans dates précises pour son démarrage.

Dans une initiative de lutte contre le coronavirus, l’administration Bolsonaro vient d’exiger un test négatif pour les Brésiliens et les étrangers qui débarqueront dans n’importe quel aéroport du pays à partir du 30 décembre.

Pendant ce temps, le débat public continue de se concentrer sur un vaccin que le Brésil ne possède pas encore, mais qu’il espère commencer à injecter au cours du premier trimestre de cette année.

La Cour suprême s’est prononcée en faveur d’une vaccination obligatoire contre le Covid-19, au grand dam du président qui soutient que les individus doivent être en mesure de choisir de se faire vacciner.

Bouton retour en haut de la page
Fermer