La plus grande menace en Europe aujourd’hui est “la complaisance” puisque la pandémie de COVID-19 “n’est pas terminée”, a mis en garde le Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus.

“Personne n’est en sécurité tant que nous ne serons pas tous en sécurité”, a souligné M. Ghebreyesus qui s’adressait, par vidéoconférence, à la Commission permanente de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE).

Pour le patron de l’OMS, les impacts du COVID-19 “sont énormes, non seulement en terme de vies perdues, mais aussi en termes de dommages aux moyens de subsistance et aux conséquences socio-économiques associées”.

“C’est un rappel que la préparation n’est pas un coût mais un investissement dans l’avenir. C’est aussi un rappel que nous savons ce qui fonctionne, mais nous devons agir en solidarité et en coordination les uns avec les autres, au niveau national et international”, a-t-il insisté.

M.Ghebreyesus a, à cet égard, proposé à l’OMS et à l’APCE trois mesures concrètes à prendre ensemble. Celles-ci consistent respectivement à initier un dialogue structuré entre l’OMS et l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, rechercher le soutien de l’APCE au-delà du contexte immédiat de la pandémie, et appeler à un leadership continu de l’Europe dans un esprit de solidarité.

“Notre objectif est de sauver des vies. En somme, ce qui compte, c’est la vie, même s’il s’agit de la vie d’une seule personne. Cela devrait être au centre de tout ce que nous faisons et de tout ce que nous disons”, a conclu M. Ghebreyesus.

Auparavant, le directeur général de l’OMS avait été auditionné par la commission en charge de la santé publique au Parlement européen dans le cadre d’un débat virtuel portant sur la réponse de l’OMS à la crise du COVID-19 et les leçons à tirer de sa gestion, y compris les actions visant à prévenir la propagation de la maladie et à développer des traitements et des vaccins.

Il a insisté sur la nécessité d’une solidarité mondiale, et notamment d’un leadership européen en la matière.

Tout en saluant la campagne d’appel aux dons pour une réponse mondiale au coronavirus lancée par l’Union européenne (UE), qui a permis de récolter 9,8 milliards d’euros à ce jour, il a estimé qu’il fallait faire encore plus.

Le directeur général de l’OMS a tenu également à rappeler que même si la situation en Europe s’est considérablement améliorée, le COVID-19 circulait toujours dans le monde, avec un total de 4 millions de nouveaux cas le mois dernier.

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer