Une action rapide constitue le meilleur moyen d’éviter ‘’une exacerbation’’ de la crise sanitaire mondiale liée au coronavirus (Covid19), a estimé, mercredi à Dakar, le coordonnateur du Bureau sous-régional de la FAO pour l’Afrique de l’Ouest et représentant de la FAO au Sénégal, Dr. Gouantoueu Robert Guei.

”Le plus tôt nous aurons agi, le mieux cela vaudra pour éviter une exacerbation de la crise sanitaire mondiale (liée à la pandémie)’’, a-t-il indiqué dans une interview accordée à des médias dont l’APS.

”Le risque de pénurie alimentaire existe, mais il est possible, de diverses manières, de réduire cette probabilité. Aussi, le plus tôt nous aurons agi, le mieux cela vaudra pour éviter une exacerbation de la crise sanitaire mondiale’’, a-t-l insisté.

Il affirme qu’une “intervention coordonnée et cohérente à l’échelle mondiale’’ est nécessaire pour éviter que cette crise de santé publique ne déclenche une crise alimentaire qui empêcherait les gens de trouver ou de se procurer de la nourriture.

”La priorité absolue de la FAO et de tous les partenaires du système des Nations unies est d’endiguer l’épidémie et de mettre un terme aux pertes tragiques en vies humaines’’, a-t-il assuré.

Il a expliqué que la stratégie de la FAO est axée sur le soutien aux activités qui permettent de sauver des vies et de sauvegarder durablement les systèmes alimentaires et les moyens d’existence.

”La FAO réorganise ses programmes humanitaires et sur la résilience, pour assurer la poursuite de la fourniture de l’aide là où les besoins sont déjà élevés, tout en répondant aux nouveaux besoins découlant des effets directs et indirects de COVID-19’’, a souligné Dr. Guei.

”(…) Avec cette nouvelle situation de crise sanitaire, le nombre de personnes en crise alimentaire risque de fortement augmenter’’, a-t-il prévenu. Mais, il assure, que pour le moment, les gouvernements des différents Etats ont mis sur pied des campagnes de grande ampleur contre le coronavirus.

”Le seul défi à relever est de veiller à ce que la nourriture soit disponible là où l’on en a besoin’’, a ajouté le coordonnateur du bureau sous-régional de la FAO pour l’Afrique de l’Ouest et représentant de la FAO au Sénégal.

Il a annoncé que la FAO vient de lancer, au Sénégal, l’initiative du ‘’panier de la ménagère’’, en partenariat avec l’entité des Nations unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU Femmes) et le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP).

Il a indiqué que les recettes des ventes seront distribuées à 5.800 producteurs, et 3.0400 ménages vulnérables recevront un panier constitué selon la zone de céréales, de produits carnés, de produits halieutiques transformés ou de légumes.

Bouton retour en haut de la page
Fermer