L’Union européenne (UE) et le Royaume-Uni ont entamé, lundi à Bruxelles, le premier round des négociations sur leur relation post-Brexit.

Comme prévu, le négociateur en chef de l’UE sur le Brexit, Michel Barnier, a tenu, en début d’après-midi, une réunion avec son homologue britannique, David Frost, lançant ainsi officiellement les discussions sur le futur partenariat euro-britannique.

“Nous sommes prêts”, avait assuré M. Barnier en annonçant la semaine dernière la date du lancement des négociations.

Le négociateur européen avait, néanmoins, averti que les négociations seront “compliquées” et que l’UE “ne conclura pas d’accord à n’importe quel prix”.

Le calendrier des négociations s’annonce, en effet, très serré alors que la période de transition, durant laquelle le Royaume-Uni qui a quitté l’UE le 31 janvier dernier, doit continuer à se conformer aux règles de l’Union européenne et rester membre de l’union douanière et du marché intérieur, devra se terminer le 31 décembre de cette année.

Lors des négociations, les deux parties seront appelées à s’entendre sur plusieurs dossiers épineux. Outre la conclusion d’un accord commercial, l’UE et le Royaume-Uni devront, de même, parvenir à un nouvel accord de pêche, en particulier sur l’accès aux eaux et la répartition des quotas.

Le domaine sécuritaire sera également au cœur des négociations avec comme objectif de permettre à Bruxelles et Londres de maintenir des relations intenses pour assurer une lutte commune contre le terrorisme, la grande criminalité internationale, les cyberattaques, ou encore les campagnes de désinformation.

Bouton retour en haut de la page
Fermer