La Corée du Sud a exhorté la Corée du Nord à maintenir les accords de réconciliation alors que Pyongyang a menacé de rompre les relations intercoréennes et même de recourir à une action militaire.

Lors d’une réunion de sécurité d’urgence, les hauts responsables de la sécurité de Séoul, dirigés par Chung Eui-yong, directeur de la sécurité nationale au bureau présidentiel, ont examiné la situation sécuritaire dans la péninsule coréenne ainsi que la réponse de Séoul à la récente rhétorique sévère de Pyongyang, selon le porte-parole de la présidence sud-coréenne, Kang Min-seok.

La réunion d’urgence sur la sécurité est intervenue alors que Pyongyang a menacé de couper toutes les lignes de communication avec la Corée du Sud la semaine dernière.

Manifestant contre les tracts anti-Corée du Nord envoyés par des militants et des transfuges nord-coréens dans le Sud, Pyongyang a menacé de déconnecter toutes les lignes téléphoniques entre les deux Corées mardi dernier.

Depuis lors, le Nord a ravivé les tensions avec la Corée du Sud avec une série de rhétoriques de Kim Yo-jong, la sœur cadette du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

Ces menaces ont culminé samedi lorsque Yo-jong, premier vice-directeur de département du Comité central du Parti des travailleurs de Corée (WPK), a averti que Pyongyang “romprait” avec la Corée du Sud et mènerait une action militaire contre Séoul.

Quelques heures après la déclaration de Yo-jong, le ministère de l’Unification de Séoul, qui est en charge des relations intercoréennes, a déclaré que le gouvernement de Séoul prend la situation actuelle au sérieux et que “le Sud et le Nord devraient adhérer à tous les accords conclus”.

Le ministère sud-coréen de la Défense a de son côté déclaré dimanche qu’il maintenait une position de préparation ferme pour répondre à toutes les situations impliquant la Corée du Nord, appelant le Nord à se conformer au précédent pacte militaire intercoréen.

Le regain de tensions entre le Sud et le Nord intervient alors que les pourparlers sur le nucléaire entre Washington et Pyongyang sont au point mort depuis plus d’un an en raison de divergences sur la portée de la dénucléarisation et de l’allègement des sanctions sur la Corée du Nord par les États-Unis.

Bouton retour en haut de la page
Fermer