Le Parlement européen a décidé de reporter d’un mois son vote de confiance sur la nouvelle Commission européenne, prévu initialement le 23 octobre, pour permettre à la France, la Hongrie et la Roumanie, dont les commissaires ont été rejetés par les eurodéputés, de présenter de nouveaux candidats, a annoncé le président de l’hémicycle européen, David Sassoli.

“À l’heure actuelle, les auditions sont toujours en cours et le vote sur la future Commission présidée par Mme Von der Leyen est attendu en novembre”, a souligné M. Sassoli qui s’exprimait à l’ouverture du sommet européen à Bruxelles.

Ce vote survient avec environ un mois de retard, “ce qui ne peut être reproché au Parlement: il a rempli son rôle et continuera de le faire avec une grande attention, dans le plein respect des compétences que lui confèrent les traités”, a-il expliqué.

Mercredi, le porte-parole du Parlement européen, Jaume Duch, avait indiqué sur Twitter que les eurodéputés sont prêts à voter à temps “pour permettre à la nouvelle Commission de commencer le 1er décembre”, tout en réclamant “une désignation rapide des trois nouveaux commissaires désignés”.

L’agenda prévu pour la nouvelle Commission européenne a été chamboulé après le rejet par les eurodéputés des candidats-commissaires de la France (Sylvie Goulard), de la Hongrie (Laszlo Trocsanyi) et de la Roumanie (Rovana Plumb) ces dernières semaines, à l’issue de leurs auditions. En attendant l’entrée en fonction de l’équipe d’Ursula von der Leyen, la Commission Juncker restera aux commandes.

Les trois nouveaux commissaires désignés par la France, la Hongrie et la Roumanie devront à leur tour passer des auditions devant les eurodéputés qui examineront leurs compétences et leurs qualifications avant d’approuver leurs candidatures.

Bouton retour en haut de la page
Fermer