Le Parlement européen a confirmé le rejet des candidats de la Hongrie et de la Roumanie à la Commission européenne “en raison de conflits d’intérêts”.

Ce rejet, évoqué dès la semaine dernière par la presse, a été décidé par la commission des affaires juridiques qui estime que les commissaires désignés László Trócsányi (Hongrie) et Rovana Plumb (Roumanie) “n’étaient pas aptes à exercer cette fonction, en raison de conflits d’intérêts constatés lors de l’examen de leurs déclarations d’intérêts financiers”, a précisé l’institution législative européenne dans un communiqué.

Le Président du Parlement européen, David Sassoli, a envoyé lundi deux lettres à la Présidente élue de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, l’informant de la décision relative aux deux commissaires désignés respectivement à l’élargissement et au transport, ajoute la même source.

Et de conclure que “tant que la Présidente élue, Mme von der Leyen, n’aura pas communiqué au Parlement les mesures qu’elle compte prendre, les auditions des commissaires désignés roumain et hongrois sont suspendues”.

Réagissant à cette décision, la présidente élue de la Commission européenne a fait part, par la voix de son porte-parole, de son intention de demander à la Hongrie et la Roumanie de lui soumettre deux nouveaux candidats commissaires.

Cette annonce intervient au premier jour des auditions publiques devant le Parlement européen des membres de la future commission dirigée par l’Allemande Ursula von der Leyen. Ce grand oral qui se poursuivra jusqu’au 8 octobre est un passage obligé pour entériner leur nomination.

Les commissaires désignés par les Etats membres de l’Union européenne (à l’exception du Royaume-Uni sur le départ) et dont la liste a été approuvée par Mme von der Leyen, sont auditionnés à partir de lundi par les différentes commissions du Parlement européen en charge de juger leurs compétences en fonction des portefeuilles qui leur sont attribués. L’objectif étant d’évaluer si le candidat est “qualifié à la fois pour devenir membre du Collège des commissaires et pour mener à bien les missions qui lui seront confiées”.

C’est l’étape ultime avant le vote d’investiture, prévu le 22 octobre en plénière à Strasbourg, pour une entrée en fonction du nouvel exécutif européen le 1er novembre.

Bouton retour en haut de la page
Fermer