Au moins 10 guérilleros ont été tués et trois autres blessés, mardi dans le bombardement par l’armée colombienne de l’un des principaux groupes dissidents de l’ex-rébellion des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

“Lors d’une opération conjointe des forces militaires et policières, 13 membres de la dissidence des FARC commandée par alias +Gentil Duarte+ ont été neutralisés” dans le sud-est, a indiqué dans un communiqué le ministre de la Défense, Diego Molano.

Selon la même source, le bombardement a été mené par “la force aérienne colombienne”. Les trois blessés ont été capturés par les troupes au sol.

L’opération a eu lieu mardi matin dans une zone rurale de la municipalité de Calamar, du département amazonien du Guaviare, l’une des zones de plus forte influence des dissidents, qui n’avaient pas fait partie de l’accord de paix signé en 2016 par les FARC.

Le ministre a évoqué des “narco-criminels (…) responsables du recrutement de mineurs, d’attaques contre notre force publique, de séquestration et d’extraction minière illégale”.

Bien que la plupart des 13.000 membres de l’ex-guérilla marxiste, dont 7.000 hommes et femmes combattants, aient déposé les armes, des factions “dissidentes” ont fait fi du processus de paix ces trois dernières années.

Ces groupes totalisent environ 2.500 hommes sans commandement unifié. Financés par le narco-trafic et les mines clandestines, ils se sont renforcés dans des zones isolées du pays, telles que le Guaviare.

Le gouvernement les accuse d’être responsables d’une bonne partie des assassinats (plus de 250) perpétrés contre d’ex-guérilleros des Farc, aujourd’hui transformées en parti politique légal.

Bouton retour en haut de la page
Fermer